Relations entre pouvoirs publics et associations. Encore une circulaire ! Circ. 18 janvier 2010. conventions d’objectifs, simplification des démarches : procédures d’agrément

Le 24 janvier 2010, par Geneviève Koubi,

Au JO du 20 janvier 2010, a été publiée une longue circulaire [1], la circulaire du 18 janvier 2010 relative aux relations entre les pouvoirs publics et les associations : conventions d’objectifs et simplification des démarches relatives aux procédures d’agrément.

Cette circulaire témoigne des modifications intervenues dans les rapports entre les pouvoirs publics et les associations depuis quelques années. L’historique des différentes circulaires concernant ce thème pourrait en rendre compte [2] car en dépit des annonces quant à une consolidation du dialogue entre l’Etat, les collectivités territoriales et les associations, les termes de clarification et de « sécurisation des relations, notamment financières », entre pouvoirs publics et monde associatif laissent entrevoir de nouvelles dynamiques quant aux formes d’implication plus que d’intervention des associations dans la vie sociale.

La circulaire du 18 janvier 2010 prend prétexte « de la réglementation européenne relative aux aides d’Etat » pour proposer des moyens de fixation du cadre juridique des relations entre les pouvoirs publics et les associations et pour recomposer les procédures d’agrément des associations en divers domaines. Ainsi a-t-elle pour objet de poser « un modèle unique de convention d’objectifs, annuelle ou pluriannuelle », qui deviendrait ainsi le cadre de référence pour la délivrance de subventions aux associations [3]. La technique de la contactualisation se répéte ; la "convention" (... de financement) qui serait élaborée, se trouverait liée à un formulaire spécifique dit « dossier de demande de subvention ». Toutefois, comme la circulaire le précise : « Le nouveau modèle de convention d’objectifs est accompagné d’un manuel d’utilisation, à l’usage des administrations et des associations, destiné à faciliter l’établissement du dossier de demande de subvention et la rédaction de la convention (annexe IV). »

Puisque, désormais, tout devrait être simple, il s’agit de mettre en place un tronc commun d’agrément comprenant trois critères lesquels sont détaillés dans l’annexe V : objet d’intérêt général, mode de fonctionnement démocratique et transparence financière [4] De ce fait, « chaque ministère instruisant une première demande d’agrément examinera les éléments constituant ce tronc commun et fera apparaître leur validation dans le Répertoire national des associations. La validation par un ministère de ces critères s’imposera à l’ensemble des autres administrations de l’Etat. Ainsi, une association ayant satisfait à ce socle commun n’aura plus à fournir ces éléments d’information, sauf en cas de modification de ceux-ci, lorsqu’elle sollicitera un autre agrément. » L’une des perspectives est donc l’institution d’une procédure dématérialisée de demande d’agrément...

Mais, plus sûrement, l’objectif est d’inciter les collectivités territoriales à suivre, en cette matière, l’exemple donné par l’Etat : « il convient également d’encourager les collectivités territoriales et leurs établissements publics à l’utiliser ou à s’en inspirer, notamment lorsqu’elles financent des actions conjointement avec les services de l’Etat ou ses établissements publics. Le haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, haut-commissaire à la jeunesse, adressera une circulaire aux préfets en ce sens. »

.

Notes :

[1] Longue ? ... du fait des tableaux et annexes.

[2] Et peut-être y aurait-il là matière à réfléchir... pour un sujet de mémoire ou de thèse en droit administratif ?

[3] V. l’annexe II. « Le modèle de convention annexé à la circulaire du Premier ministre n° 5193/SG du 16 janvier 2007 relative aux subventions de l’Etat aux associations et conventions pluriannelles d’objectifs est remplacé par le modèle » donné en cet annexe II.

[4] Annexe V - extraits - : « Les critères formant le tronc commun d’agrément sont les suivants : 1. L’association répond à un objet d’intérêt général : ― l’association ne défend pas des intérêts particuliers et ne se borne pas à défendre les intérêts de ses membres ; ― l’association doit être ouverte à tous sans discrimination et présenter des garanties suffisantes au regard du respect des libertés individuelles ; ― l’association doit poursuivre une activité non lucrative, avoir une gestion désintéressée (être gérée et dirigée à titre bénévole), ne procurer aucun avantage exorbitant à ses membres et ne pas agir pour un cercle restreint ; ― l’association doit faire preuve de sa capacité à travailler en réseau avec d’autres partenaires, notamment associatifs. 2. L’association a un mode de fonctionnement démocratique : ― réunion régulière des instances ; ― renouvellement régulier des instances dirigeantes ; ― assemblée générale accessible avec voix délibérative à tous les membres tels que définis dans les statuts, ou à leurs représentants de structures locales ; ― l’assemblée générale élit les membres de l’instance dirigeante ;― pour les documents sur lesquels ils seront amenés à se prononcer, les membres devront en disposer suffisamment à l’avance par tout moyen (courrier, internet, consultation sur place...) précisé dans le règlement intérieur ou les statuts ; ― les modalités de déroulement des différents votes devront être précisées dans les statuts ou le règlement intérieur. 3. L’association respecte la transparence financière : ― les comptes doivent être accessibles à tous les membres ; ― les comptes sont publiés au Journal officiel ou adressés annuellement à toutes les administrations avec lesquelles l’association a des relations financières, administratives (cf. agrément...) ; dans le cas d’une publication au Journal officiel, l’association se bornera à donner la date de cette publication ; ― la pérennité de l’association ne doit pas dépendre exclusivement d’un même financeur. La proportion des fonds publics ne doit pas être de nature à qualifier l’association d’association para-administrative.... »

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

Représentation syndicale au Conseil économique et social régional
Droit de l’éducation Droit de grève et négociation collective dans le secteur de l’éducation
Des textes aux JO du mois d’août 2009
Des pistolets défendus aux agents de police municipaux
C’est tous les jours dimanche ?!
Permis de conduire et changement d’adresse
Simplification des lois et assujettissement des administrés
Une circulaire en deux temps de déni de "solidarité"...
Relations entre pouvoirs publics et associations. Encore une circulaire !
Droit de la fonction publique Fonctionnaires désorientés. Quand l’examen du texte en dit long sur la volonté politique
Droit constitutionnel - Droit des libertés fondamentales Violence en bandes... Validation d’un dispositif controversé
Précautions d’usage des pistolets par les agents de la police municipale
Nuances d’un nuage d’absence au travail
Les « happe-héros géants » dans le collimateur intérieur
Supporter l’institutionnalisation de l’exercice du culte
Contrôle public et surveillance privée, la fusion ?
Droit de la fonction publique La réorientation, prélude au licenciement
Administration territoriale / Droit de l’Education Repérages. Plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs
Droit de la fonction publique. - Document de cours. Les fonctionnaires de l’Etat ont droit au chômage.
La RGPP au secours du recours à la transaction !
Principes de communication numérique au ministère de l’éducation nationale.
Actualités décalées dans le temps...
Une circulaire de patrouilles
Journée de solidarité, jour de travail non rémunéré...
Intermède imprévu d’été : droit d’actualités circulaires de début août 2011
Intermède d’imprévu en été : droit d’actualités ... de fin juillet 2011
Questions de "morale" dans les écoles.
Le trouble des deux noms en double tiret résolu ?
Questions d’annexe ... à une circulaire.
Langue française et label ... Un tour de Babel ?
Confiscations et saisies. Gare à l’AGRASC !
Au Sénat, pour l’application des lois, "votre avis les intéresse" !
Politique pénale : une circulaire faite de renvois à des circulaires antérieures ...
Toute fraude à l’examen est interdite...
La notion d’État "non coopératif" en droit fiscal.
Circulaires dispatchées sur sites web... pour cause de mise à jour de ’bases de données’.
Les enfants ne voyagent à l’étranger qu’avec l’autorisation des deux parents...
Ratifier l’ordonnance du code et modifier le code par ordonnance
Comment anticiper les conséquences des froids durs ... en textes répétitifs ?
Des commissions consultatives ... ’à distance’ ?
- Changer la Constitution pour ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ?
Travail illégal : situations, fraudes et montages "complexes".
Questions sur une "interprétation facilitatrice" ( !?)
Le refus illégal de célébrer un mariage, un abus d’autorité...
Observations sur élections : Des blogs, des obligations de neutralité et des rédactions à réviser...
Le projet des principes déontologiques de la fonction publique...
Pas d’interpellations à l’école ... pour l’exécution des mesures d’éloignement des étrangers.
Modifications du "renseignement" dans le Code de la sécurité intérieure...
Je suis, tu es, il est, nous sommes ... tous "suspects" (ou presque).
Enrober la neutralité des sorties scolaires ?
La ’collecte’ des documents ministériels, une mission de service public...
Une journée "anniversaire" le 9 décembre ?
Procédures de réquisitions administratives de données de connexion
FSPRT... Un retour aux fichiers de fort secret...
Les données d’un fichier "STADE".
La loi sur l’état d’urgence promptement promulguée...
Quel juge pour protéger les libertés fondamentales en "état d’urgence" ?
Le sport à l’école : après les Jeux, la candidature 2024...
Autour d’un fichier gigantesque : des objections

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
24 janvier 2010
Statistiques de l'article :
17 visiteurs aujourd'hui
11515 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4302 (3494629)