Sites, portails web officiels sur internet à côté de la recherche de l’information administrative...

Le 5 mai 2010, par Eug. D.,

Sur la plupart des sites officiels, dont certains ont laissé tomber la racine gouv.fr,, l’image remplace le texte, les discours sont en vidéo, les décisions sont formées de mots dont "seul le prononcé fait foi", les lois sembleraient ainsi adoptées à peine annoncées.

 [1]

Certes, l’e-administration se développe. Toutefois, l’enjeu n’est pas seulement « de rendre les administrations plus proches des usagers, simplifier les démarches administratives et personnaliser les services » [2]. Il est aussi d’accéder à la connaissance de la "culture administrative". Pour cela, il est nécessaire de trouver les canaux de ’l’information administrative’. La recherche est encore de nos jours princpalement tributaire des supports ’papier’, en notes bleues ou grises. Sur le web, elle doit se réaliser par delà la consultation des bulletins officiels par le portail Legifrance [3] et sans faire un détour par le site ’circulaires.gouv.fr’ ; ces deux espaces ne suffisant pas pour se saisir de la substance des activités et pratiques administratives, les navigations mènent aux sites officiels des ministères [4]. Mais ces sites se présentent diversement, faisant la part belle aux images et aux sons, ils ne permettent pas de construire des raisonnements élaborés [5]

.

Le site du Premier ministre est devenu celui du gouvernement (sans ’gouv.fr’). Dès son ouverture, le portail de ce site offre une vidéo d’actualité des ’pas-rôles’ du chef du gouvernement. Il m’en reste pas moins que la porte virtuelle reste ouverte :

sur le seuil PM

L’information qui y est diffusée est essentiellement de nature politique. Cette vision répond aux termes de l’article 20 de la Constitution : « Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la Nation. » Mais ce même article prévoit aussi qu’il « dispose de l’administration et de la force armée. » Les questions administratives sont reléguées dans des tiroirs dont l’accès n’est pas immédiatement visible.

. Pour ce qui concerne l’administration, il n’y a plus, à partir de ce portail, de liens redirigeant vers le Secrétariat général du Gouvernement (S.G.G.) . Pourtant, ainsi qu’il y est affiché, le SGG « est une institution administrative et non politique, peu connue du grand public, qui occupe une place importante dans l’organisation des institutions françaises, et dans leurs relations dont il est un rouage essentiel. »

Le lien vers la Direction de l’information légale et administrative, la DILA (dit-là) ne sert pas pas non plus à grand chose. Une vidéo-transcription du film institutionnel ’Dila’ permet de la découvrir [6], mais, en fin de compte, pour se saisir des informations, mieux vaut directement se rendre sur le site de la Documentation française : y sont publiés plus de textes que d’images-sons...

lot-go Doc.fr

. Pour ce qui concerne les forces armées, un renvoi devrait alors se réaliser vers le site du ministère de la Défense où, alimentant les mirages, les photo-images sont toujours dominantes [7].

mirage de la Défense

.

Le grand chantier actuel du Gouvernement, devant lequel les syndicats semblent se résigner, oubliant les discours tenus durant les grèves de novembre-décembre 1995, est affiché en un bandeau explicite sur le site du ministère du travail :

vivement la retraite ! mais quand ?

.

Le site du ministère de l’Intérieur [8] déroule en bandeaux des images clefs :

... de l'inter-rieur

Les principales informations administratives se situent dans les différentes rubriques, notant que celle relative aux circulaires renvoie, pour les documents recherchés, sur le site du Premier ministre institué en décembre 2008 : ’circulaires.gouv.fr’. Quant au magazine interne du ministère, Civique, qui pourrait présenter quelques indications sur les fonctions assurées et les stratégies ministérielles, il n’est accessible que sur abonnement payant.

.

Le site du ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi présente directement l’équipe en charge des diverses fonctions ministérielles. Pour ce qui concerne la diffusion des informations, toujours nourries, il préfère signaler l’existence d’un Centre de documentation Économie-Finances :

cedef

.

Le site du ministère de la culture, curieusement moins vidéoaste, se joue en mots et en couleurs :

couleurs sans musique

En ce site, quelques informations peuvent être glanées ; s’il n’en demeure pas moins que la consultation du BO a toujours un temps de retard, des données historiques relatives aux oeuvres d’art sont accessibles par le biais de bases de données ; par exemple, la base "Arcade" « retrace la genèse et l’histoire des oeuvres d’art, acquises, commandées ou gérées par l’Etat et les collectivités territoriales de 1800 à 1969 » tandis qu’un lien oeuvre pour l’accès aux bases Architecture et Patrimoine (des XIXe et XXe siècles).

.

Il semble que seul le site du ministère de la justice (et des libertés !) garde une certaine sobriété.

Il contourne la publicité politique de propagande, il n’abuse pas de déroulés de films, photographies ou dessins, dépourvus de rapport avec la mission du ministre... peut-être parce que la fabrication des normes juridiques répressives s’institue sans ’comment-taires’.

en jouant du clic droit

.

etc.

.

Notes :

[1] Nota : toutes les images reproduites dans ce billet sont tirées de chacun des sites cités.

[2] V. par ex., dans le cadre de la modernisation de l’Etat, « L’administration numérique doit passer à la vitesse supérieure ».

[3] Notant à ce propos qu’aucun lien ne renvoie à ce qui devrait être le BO du ministère du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État... lequel s’inscrit au titre de l’Economie.

[4] Pour autant, outre la construction de portails interministériels, chacun de ces sites se dote de sous-sites généralement plus informatifs. Une étude des sites "intra-site" officiels pourrait être nécessaire à terme : plusieurs exemples pourraient être proposés tels, sous l’égide du ministère de l’Intérieur, celui de la réforme des collectivités territoriales ou celui de la gendarmerie nationale ou encore, sous le label du ministère de l’Education nationale, l’information pour les professionnels de l’éducation ou l’incitation à l’éducation numérique, etc.

[5] La question "comment assurer des ’citations’ ?" n’est pas aisément résolue.

[6] Toutefois, « une transcription écrite du film institutionnel de la Direction de l’information légale et administrative accessible en page d’accueil du site dila.premier-ministre.gouv.fr » est consultable, v. par ici.

[7] Cependant, le site du ministère de la Défense offre d’utiles informations sur les circuits administratifs décisionnels.

[8] ... aujourd’hui conçu sur le même modèle que celui que l’Elysée (sans gouv.fr) affichait autrefois, il n’y a pas si longtemps...

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

Un Mouvement du 22 mars… 1968-2008.
Mais où donc faire du droit ?
Un avis expert de vacance...
A l’intersection des services publics et de l’Europe
Vacance NTIC en Rhône-Alpes
A l’horizon d’un temps de pause...
De Vincennes à Saint-Denis, un cheminement de 40 ans...
Prose "prof-éthique". « Sur la route de l’uni-vers cité capitali-STIC »
Charte de Revue à l’adresse des "pub"-liants...
La recherche en droit ? Face au conformisme ambiant...
Sites, portails web officiels sur internet
En marge du Droit de l’éducation Un livret d’information plutôt qu’un droit d’expression
Dix-simulation(s) de vie-sage
Absents sans excuses valables ?
Des formulaires-papiers en ligne à mon.service-public.fr...
Le tabac d’un jour sans clope...
Des pays "sûrs", d’origine ou pas...
Des "villes privées" ? Zones de droit non étatique...
Le logiciel libre dans les systèmes d’information de l’État.
Digressions autour d’un discours présidentiel relatif à "l’école".
- La police administrative à l’épreuve des rassemblements (trop) festifs...
L’éducation, c’est l’avenir... en questions.
Tri et angle de Vigipirate
Semaine H@auriou des blog publicistes
Demain... une commission sur le numérique à l’Assemblée nationale ?
Quand l’administration veut "faire-simple", elle compile...
Tracasseries de vie quotidienne...
Les grilles de l’évaluation en sciences sociales sur le gril
Inquiétude des personnels de la DILA et de la SACIJO devant l’arrêt de la version papier du Journal officiel... déjà programmé.
Un Forum social mondial 2016 dans un pays du nord....
Fin du forum social mondial à Montréal - Déceptions...
Concours des élèves-citoyens : « La démocratie en question(s) »
Le JO avant la passation de pouvoir...

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
5 mai 2010
Statistiques de l'article :
10 visiteurs aujourd'hui
7373 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 3921 (2931728)