Droit de l’éducation Diplômes du Saint-Siège équivalents aux diplômes d’Etat CE Ass., 9 juillet 2010, Fédération Nationale de la Libre Pensée et autres

Le 10 juillet 2010, par Geneviève Koubi,

.

En rejetant les recours dirigés contre le décret de publication de l’accord du 18 décembre 2008 entre la République française et le Saint-Siège sur la reconnaissance des grades et diplômes dans l’enseignement supérieur [1], le Conseil d’État fait bien de la France la fille aînée de l’Église...

Les diplômes du Saint-Siège sont désormais estimés équivalents aux diplômes d’État, ce malgré les protestations qui ont pu être émises de part et d’autre [2]. En effet, par une décision du 9 juillet 2010, Fédération Nationale de la Libre Pensée et autres (req. n°s 327663 et autres), le Conseil d’État défait subrepticement le caractère laïque de l’enseignement supérieur ; il était pourtant le seul explicitement exposé comme tel dans le Code de l’éducation [3].

- 1.

Le communiqué du Conseil d’État, concomitant de la décision, vient non pas expliciter le raisonnement conduit pour l’examen de l’accord, mais rendre compte des limites que le Conseil d’État a dégagées pour éviter d’avoir à se pencher sur le sens plus que sur le contenu précis du protocole additionnel à l’accord. Car, la publication réalisée présente deux textes différents en annexe : celui de l’accord et celui du protocole additionnel, ce dernier étant plus détaillé que le premier.

Selon le communiqué, si « la France et le Saint-Siège ont signé le 18 décembre 2008 à Paris un accord sur la reconnaissance des grades et diplômes dans l’enseignement supérieur, accompagné d’un protocole additionnel d’application », ces stipulations « organisent la reconnaissance mutuelle des périodes d’études, des grades et des diplômes de l’enseignement supérieur délivrés sous l’autorité de l’une des parties signataires ». Elles n’ont pas fait l’objet d’une loi autorisant sa ratification. Ce défaut n’en est pas un. Le Conseil d’État ne s’arrête pas à ce constat.

Le décret n° 2009-427 du 16 avril 2009 portant publication de l’accord entre la République française et le Saint-Siège sur la reconnaissance des grades et diplômes dans l’enseignement supérieur (ensemble un protocole additionnel d’application), signé à Paris le 18 décembre 2008, a donc été publié au Journal officiel du 19 avril 2009. En visant ce décret de publication, les requérants ont amené le Conseil d’État à rappeler « la portée du contrôle juridictionnel qu’il exerce sur les décrets de publication des traités et accords internationaux ».

Le Conseil d’État ne peut ni contrôler la conformité d’un traité à la Constitution, ni vérifier la conformité d’un traité à d’autres engagements internationaux conclus par la France... Le Conseil d’État a donc refusé « d’examiner la conformité de l’accord conclu entre la France et le Saint-Siège à la Constitution française ». Il ne s’est pas non plus permis d’examiner « sa conformité à la convention de Lisbonne du 11 avril 1997 sur la reconnaissance des qualifications ». Il statue principalement« sur les critiques de forme et de procédure soulevées à l’encontre du décret de publication, pour les juger non fondées et donc les écarter. »

Pourtant, l’accord du 18 décembre 2008 portait atteinte aux dispositions de l’article L. 613-1 du Code de l’éducation, qui confèrent à l’État le monopole de la collation des grades et des titres universitaires. « Le Conseil d’État juge que ce n’est ni l’objet ni l’effet de cet accord, qu’il interprète comme n’instituant pas un régime de reconnaissance automatique des diplômes ». Le protocole additionnel permet de distinguer entre le diplôme, le niveau d’étude atteint et "des périodes d’études ne conférant pas un grade". Sur ces dernières, le Conseil d’État ne s’arrête pas [4].

Si, selon le communiqué qui voudrait diriger la lecture à faire de l’arrêt du 9 juillet 2010, « la reconnaissance d’un diplôme délivré sous l’autorité du Saint-Siège, et notamment d’un "diplôme ecclésiastique", reste de la compétence des autorités de l’établissement dans lequel le titulaire de ce diplôme souhaite s’inscrire », c’est oublier que, dès lors qu’un tel diplôme serait reconnu institutionnellement, l’appréciation portée devra obéir aux principes généraux du droit, le principe d’égalité étant là particulièrement exposé. Or, de plus, "mastérisation" des concours d’entrée dans les corps de professeur des écoles aidant, le principe fondamental de la laïcité de l’enseignement public connaîtra, à terme, de larges exceptions...

L’accord du 18 décembre 2008 déroge au principe de laïcité. Ce principe est inscrit à l’article L. 141-6 du Code de l’éducation [5]. Le Conseil d’État ne le retient pas en tant que tel. Il se fonde essentiellement sur la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation des Églises et de l’État, passant donc sous silence les dispositions de l’article 1er de la Constitution, pour signaler, curieusement, que « cet accord ne contient aucune stipulation qui permettrait qu’un culte soit salarié ou subventionné ». Tel n’était pas l’objet du débat soulevé ! La question du culte n’est pas centrale dans cette espèce.

De plus, le principe de laïcité ne se réduit pas à une lecture tronquée de la loi de 1905 ; le principe de laïcité prend directement sa source dans la Constitution.

- 2.

La décision de l’Assemblée du contentieux du Conseil d’État du 9 juillet 2010, n° 327663 et autres, Fédération nationale de la libre pensée et autres, mérite une autre lecture que celle développée dans ce communiqué [6].

Certes, « les traités ou accords relevant de l’article 53 de la Constitution et dont la ratification ou l’approbation est intervenue sans avoir été autorisée par la loi ne peuvent être regardés comme régulièrement ratifiés ou approuvés au sens de l’article 55 », mais le Conseil n’en tire pas de conséquences en l’espèce... sinon pour dire « qu’il n’appartient pas au Conseil d’État, statuant au contentieux de se prononcer sur la conformité du traité ou de l’accord à la Constitution ». Dès lors, il aurait été logique de s’en tenir là...

Toutefois, le Conseil d’État a choisi se référer à l’article 34 de la Constitution selon lequel « la loi détermine les principes fondamentaux (…) de l’enseignement ». Le positionnement n’est plus fondé sur les relations internationales mais sur les contours d’un "domaine de la loi", et plus exactement, sur les matières dans lesquelles l’intervention de la loi est réduite à la détermination des "principes fondamentaux" (et ne se préoccupe pas de la fixation des ’règles’), domaine dans lequel le pouvoir réglementaire dispose d’une possibilité d’interférence particulièrement étendue. Ainsi, l’analyse de l’accord sur la reconnaissance des grades et diplômes dans l’enseignement supérieur entre la République française et le Saint-Siège du 18 décembre 2008 est-il singulièrement détaché des principes directeurs de l’éducation nationale [7].

Ce détachement ressort d’un "considérant" alambiqué qui tendrait à minimiser la portée du protocole additionnel : « les stipulations de l’article 2 du protocole additionnel..., qui sont de caractère informatif, n’édictent pas d’obligations particulières à l’égard des établissements d’enseignement supérieur public ; ... les stipulations de l’article 3 de ce protocole sont relatives aux conditions de validation d’études ayant été sanctionnées par l’obtention d’un "diplôme ecclésiastique", par voie de reconnaissance de ce diplôme, en vue de l’accès aux différents niveaux de l’enseignement supérieur public ; ... la reconnaissance d’un "diplôme ecclésiastique" est, en vertu de ces stipulations, de la compétence des autorités de l’établissement dans lequel souhaite s’inscrire son titulaire ; ... celles-ci, pour décider de reconnaître le diplôme du candidat, doivent tenir compte, d’une part, de l’équivalence de niveau édictée par le protocole, et, d’autre part, de l’aptitude du candidat à suivre des enseignements dans le grade et la formation postulés, appréciée en particulier au regard du contenu des études suivies ; ... ces stipulations n’autorisent pas des établissements d’enseignement supérieur privé à délivrer des diplômes nationaux et ne permettent pas aux bénéficiaires de titres délivrés par des établissements d’enseignement supérieur privés ayant reçu une habilitation par le Saint-Siège de se prévaloir, de ce seul fait, des droits attachés à la possession d’un diplôme national ou d’un grade universitaire... »

Mais, lorsque « sont reconnus de même niveau : a) Le doctorat français et les diplômes ecclésiastiques de doctorat ; b) Les diplômes français de master (300 crédits ECTS) et les diplômes ecclésiastiques de licence ; c) Le diplôme français de licence (180 ECTS) et les diplômes ecclésiastiques de baccalauréat » (art. 3 du protocole additionnel), la question reste posée puisque les autorités compétentes pour la reconnaissance des diplômes sont : « (...) - en France : le Centre national de reconnaissance académique et de reconnaissance professionnelle - Centre ENIC-NARIC France près le Centre international d’études pédagogiques (CIEP) ; - auprès du Saint-Siège : le bureau du Saint-Siège pour les reconnaissances académiques, qui se trouve auprès de la Nonciature en France. » (art. 3 du protocole additionnel). Ceci ne concerne pas les éléments relatifs à la "poursuite des études" [8]. En fait, une distinction plus nette entre diplômes, niveau d’études et période d’études aurait été nécessaire pour retracer les passerelles que cet accord, ajouré de son protocole, assure aux étudiants des universités catholiques, universités qui ne peuvent pas répondre aux mêmes évaluations que les établissements publics d’enseignement supérieur.

Certes, l’équivalence ne signifie pas l’attribution du diplôme universitaire. Mais, en tout état de cause, l’accès assure aussi une entrée. Si, par ailleurs, le Conseil d’État rappelle les dispositions de l’article L. 731-14 du Code de l’éducation : « les établissements d’enseignement supérieur privés ne peuvent en aucun cas prendre le titre d’université », il révèle l’enjeu même de l’accord : la validation des formations dispensées dans les établissements d’enseignement supérieur ’catholique’ passe par l’équivalence des diplômes. Comment admettre ce chassé-croisé qui transforme la teneur même des savoirs et des compétences acquis par les étudiants concernés ?

En ce que le Conseil d’État choisit se référer à la loi de 1905 plutôt que rappeler les termes de la Constitution [9] ou ceux du Préambule de 1946 [10], préférant ainsi se pencher sur une question cultuelle qui n’a pas vraiment sa place dans le système éducatif, toute la dynamique propre au principe de laïcité dans l’enseignement public à tous les degrés est décalée.

...

Notes :

[1] JO 19 avril 2009.

[2] V. par ex. au 27 mai 2009, Recours contre l’accord entre le Saint-Siège et le gouvernement français ; Gk, « Vers des diplômes en dés-accord vaticanesque ».

[3] ... aux termes de l’article L. 141-6 du Code de l’éducation : « Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ... »

[4] A ce propos, le protocole additionnel stipule que « l’autorité compétente pour la reconnaissance des périodes d’études est : - dans les établissements d’enseignement supérieur français : l’établissement d’enseignement supérieur au sein duquel le demandeur souhaite poursuivre ses études ; - dans les universités catholiques, les facultés ecclésiastiques et les établissements d’enseignement supérieur dûment habilités par le Saint-Siège : en accord avec la Congrégation pour l’éducation catholique, le bureau du Saint-Siège pour les reconnaissances académiques, qui se trouve auprès de la Nonciature en France. » (art. 4)

[5] « Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique ».

[6] V. G. Guglielmi, Le droit s’écrit-il dans les communiqués de presse ?.

[7] Lesquels sont pourtant clairement signifiés dans le Préambule de 1946.

[8] Donnés dans les derniers alinéas de l’article 3 du protocole.

[9] art. 1er : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. »

[10] Deuxième proposition de l’alinéa 13 : « L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État. » V. aussi, art. L. 141-1 du Code de l’éducation : « Comme il est dit au treizième alinéa du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 confirmé par celui de la Constitution du 4 octobre 1958, " la Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation et à la culture ; l’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État ". ».

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

Citer H. Marcuse pour dire les droits de l’homme
Les mirages de l’interdiction d’un référentiel ethno-racial…
Lutter contre la traite des êtres humains...
Distinguer entre droits individuels et droits collectifs
Droit et droit de résistance à l’oppression (I)
Droit de résistance à l’oppression et droit à l’insurrection (II)
Dans un monde où rien n’échappe à l’œil de la machine…
Droit de résistance à l’oppression et désobéissance civique (III)
La lettre annexée : retour à l’antienne de la « diversité »
Des droits sociaux dans une société mondialisée
Supprimer le mot « électronique » et ne pas écrire « biométrique »
Les droits des peuples face à la mondialisation
Pour un emploi, des "devoirs" plus que des "droits "
Droits de l’homme Recoins constitutionnels : le « Défenseur des droits »
Droits de l’homme Refondation des modes de nomination à la CNCDH
Le fichage des enfants continue...
Comprendre plus qu’apprendre la désobéissance...
Droit des étrangers Le critère de l’assiduité à la formation pour l’obtention du visa
La protection des données personnelles sous Hadopi
Sous l’habit du voyageur
Le retrait d’Edvige
L’évaluation du niveau de connaissance, par les étrangers, de la langue française et des valeurs de la République
Les fichiers de police en attendant EDVIRSP
Label "diversité". La promotion de la discrimination active
Droit(s) et Colonisation(s) Distinguer entre peuples colonisés et peuples indigènes
La formation aux valeurs d’une République...
Vers une organisation des Nations-Unies indigènes et autochtones
"Presse en ligne". Modération des commentaires ?
V’là le Sal-Vac, le sac à VAC (Violence Associée au Crime)
Engeance d’agence des fichiers en Europe
Droit de l’éducation Aller à l’école sans "coiffe" de couleur religieuse
Un Défenseur des droits compact
Remplacer EDVIGE, éviter EDVIRSP : fichiers de prévention de la sécurité publique...
La protection de l’enfance, des droits à protection en déclin ?
Naître, n’être pas... Français ?!
A propos des « pays d’origine sûrs » de l’OFPRA…
Droit des étrangers Codification du « fichier des non-admis » (FNAD)
Un "NON" à la réécriture du Code de procédure pénale...
Obligation de travaux à la charge du locataire...
Veillez à ôter ce voile en sortant…
Droit et diversité culturelle La diversité à l’aune de l’argent versé
La "recherche" dans le « fichier des personnes recherchées »
Les fichiers BIOAP, le suivi de circulation en prison
VISABIO : des prestataires "à titre expérimental"
Droit de l’éducation
Diplômes du Saint-Siège équivalents aux diplômes d’Etat
Accumulation inutile des rapports sur la "diversité"
L’existence d’un "délit de solidarité" confirmée
Pays "sûrs"... pas si sûrs pour le Conseil d’Etat
Droit de l’éducation Droits et libertés dans les filets du lycée
L’Etat de la vidéoprotection...
Conséquences de la décision QPC sur l’article 7 du Code électoral par voie de circulaire...
Fichier PARAFE. Par affres ?
A la frontière entre le fichier et le service ? L’S en plus ou en moins.
De l’abri au logement, des mots sans actes
A visage découvert...
- Les mots "Défenseur des droits" pour effacer les autres...
Comment établir le PV de la ’dissimulation du visage’...
Sectes sous surveillance mesurée en sécurité
- Expérimentation : "un chez-soi d’abord" !
Transports collectifs de voyageurs : "Le billet tique !"
Eligible au programme PARAFE !?
Domesticité : la reconnaissance du droit du travail
Participation-dénonciation, un acte citoyen ?
Vers un fichier des "citoyens honnêtes"...
Résistance de la loi de 1905 à l’épreuve du temps et de l’intérêt public local...
Sanctions disciplinaires à l’épreuve des mesures de responsabilisation...
Contrôle de l’assimilation : à la recherche du défaut.
La consultation du FIJAIS pour l’encadrement des activités sportives et l’accueil des mineurs
Hospitalisation d’office, une hospitalisation sans consentement dite « de soins psychiatriques »
Discriminations au pluriel ? Une pluralité de questions.
Fichier de la fraude documentaire et l’usurpation d’identité
Au point de non-retour, quand dire c’est aussi se dédire...
Circulaire supplémentaire plus que complémentaire...
Une charte... Des droits et des devoirs "de" ou "du" citoyen français ?
Une circulaire de l’Intérieur relue par une dépêche de la Justice...
Le chant des SIRHEN...
- Exercice. Les différentes lectures d’un arrêt (à partir de CE ass., 11 avr. 2012, GISTI et FAPIL, n° 322326).
Sur les naturalisations, une circulaire si peu informative...
Etrangers d’une circulaire à l’autre...
Téléservice, le service dématérialisé de l’alternance ?
Pour le droit à la liberté de "prier autrement"...
Accompagnement des opérations d’évacuation des campements...
Des fichiers créés pour un passage du format papier au format numérisé.
Version à signer, version assignée de la Charte des droits et devoirs du citoyen devenu Français.
Carte nationale d’identité pour personnes détenues.
Des annuaires de crise en fichiers...
Des rives policières de Manche à Calais...
- Engagements sur démesures dans les centres pénitentaires.
Entrée au musée ... l’égalité dans la gratuité ?
Egalité professionnelle. Procédure et sanction "effectives" ?
AGDREF et VISABIO révisés pour RMV2 (réseau mondial visas)...
Emprise des empreintes génétiques : FNAEG, le fichier des mis en cause à mettre en cause.
La gestion du "dépôt" des palais de justice...
Pays d’origine "sûr" : tirer les conséquences d’une décision du Conseil d’État du 4 mars 2013.
Lutte contre l’immigration irrégulière. Des indicateurs sans chiffres ?
Remplacement du FPA par le SETRADER - Des combinaisons à repenser ?
Décrets PASP, GI-PASP. Précisions sur la donnée "origine géographique"..
- Adopter le mariage sans "altérité sexuelle" ... Et le réfléchir ?
Pauvreté en prison. Un travail entre aides et gratuité.
Un guide méthodologique ’interdirectionnel’ pour la surveillance électronique.
Le fichier ADONIS doublé par le téléservice SVAIR
- Un référendum d’initiative partagée... et non pas ’populaire’.
La "fiche de renseignements administratifs", un téléservice en procédure de fichage scolaire
Réduire les taux de non-recours aux droits sociaux ou améliorer l’accès aux droits sociaux ?
- Distinguer multiculturalisme et pluriculturalisme ? (Complément à un cours - I)
- Distinguer multiculturalisme et pluriculturalisme ? (Complément à un cours - II)
La télédéclaration ou l’auto-fichage au service de l’administration des sports.
Un logiciel pour des places d’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile.
La porte étroite du droit au compte bancaire...
Réaménager la mesure d’opposition à la sortie du territoire de l’enfant mineur....
Limiter les techniques biométriques ? (I. - Sénat)
GENESIS... une application logicielle détaillée pour remplacer GIDE
API-PNR France, le traitement automatisé de données à caractère personnel des passagers...
Centralisation des données d’interceptions judiciaires...
- Accroches vers l’exposé du principe de neutralité du service public
Hymnes nationaux. Le chant des circulaires...
Une "information" pour une circulaire masquée ?
Un livret du citoyen officiel introuvable à ce jour...
Au risque de la politique de renseignement...
Circonvolutions de la DPJJ pour (faire) appliquer le principe de neutralité...
-Entre le domaine de la loi et le domaine du règlement, les domaines du renseignement
Le fichier STADE suspendu...
Une loi d’état d’urgence "inconstitutionnelle" ?
Une déchéance de nationalité inadmissible dans un Etat de droit...
Recomposition du traitement automatisé de traces et empreintes digitales et palmaires...
Le "secret" rétabli pour un traitement automatisé de données à caractère personnel ...
Une question sociale en EXPLOC ?
Création de [places dans les] crèches à vocation d’insertion professionnelle
Le fichage de la population...
AAI : le Défenseur des droits perd l’étiquette constitutionnelle
Connaissances sur les maladies et les pays d’origine au prisme de sites web
Fichier TES : des réticences plus qu’une résistance à son institution
Le PNDS... parer au risque du non-recours aux droits ?
Outre-mer, des peuples autochtones de France ou en France ?

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
10 juillet 2010
Statistiques de l'article :
19 visiteurs aujourd'hui
16831 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4301 (3497231)