Vous pensiez ? et bien, « chantez maintenant ! » Circ. n° 2011-155, 21 septembre 2011, chant choral à l’école, au collège et au lycée

Le 23 septembre 2011, par Geneviève Koubi,

Au titre des actions éducatives, le ministère de l’éducation nationale présente une circulaire n° 2011-155 en date du 21 septembre 2011 relative au chant choral à l’école, au collège et au lycée. Le texte adressé aux recteurs d’académie, aux inspecteurs d’académie et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale s’intéresse aux activités collectives des élèves, voulant ainsi renforcer les processus de socialisation à travers les mouvements de jeunesse, par l’institution du « groupe » et mettant ainsi en valeur des formes d’éducation reconcentrées sur la discipline collective.

Plutôt que d’aider à l’approfondissement des connaissances musicales de tous les élèves, plutôt qu’enseigner les classiques et donner à entendre les plus beaux airs d’opéra, la circulaire du 21 septembre relative au chant choral à l’école, au collège et au lycée s’attache à renforcer la tonalité martiale des discours politiques actuels [1].

- Dans cette circulaire, les propositions énoncées comme contribuant « à structurer la personnalité de l’élève » voudraient masquer cette dimension particulière. La circulaire du 21 septembre 2011 décrit la « pratique vocale collective » comme permettant à chacun de « développ(er) la sensibilité au service d’une production musicale maîtrisée », d’« apport(er) une expérience physiologique et psychologique particulière », de « propos(er) une relation originale à l’espace et au temps [2], de « développ(er) le travail de la respiration et, plus généralement, celui du geste vocal , d’« apport(er) l’expérience de l’émotion et de sa maîtrise » et, surtout, de « développ(er) l’esprit d’équipe et de collaboration »...

L’accent mis sur le projet artistique de l’établissement a pour but de rappeler que « la participation active à un concert de chant choral » permet à l’élève de manifester de ses compétences : « Autonomie, initiative, sociabilité et civisme sont ainsi des compétences immédiatement mobilisées et développées par le chant choral ». Les mots sont mécaniquement agencés pour faire croire que le chant choral, activité collective par nature, assurerait d’une concrétisation « l’autonomie de l’élève et son regard critique sur le travail réalisé », notamment si, au bout du compte, un « spectacle » doit être organisé...

Les contradictions s’enchaînent... La chorale « prolonge l’éducation musicale » mais elle est « ouverte sans exigence de pré-requis à tous les élèves ». Elle « réunit tous les niveaux scolaires » mais elle est aussi un « élément structurant de la dimension artistique du projet d’école ou d’établissement ».

- À lire la circulaire, ce qui importe ce n’est pas l’épanouissement personnel de l’élève mais la convergence des actions pédagogiques réalisées autour de l’éducation musicale. Ainsi, à l’école élémentaire, le chant choral est considéré comme « le prolongement de la pratique quotidienne du chant en classe » tandis que, pour les collégiens, les chorales inter-degré sont présentées comme « un facteur de cohésion des équipes pédagogiques ». Ce n’est qu’incidemment que ces méthodes « marquent pour les enfants et leurs familles la continuité du parcours scolaire en rythmant la vie de la communauté éducative, lui donnant ainsi une existence visible ».

Au collège donc, il s’agit d’un enseignement complémentaire « placé sous la responsabilité des professeurs d’éducation musicale et de chant choral ». Ces derniers se voient désormais astreints à intégrer dans leurs emplois du temps respectifs des « séances de travail (répétitions) hebdomadaires (...) organisées sur une plage horaire permettant au plus grand nombre d’élèves, quelle que soit leur classe, d’y participer. » [3] Le cas échéant, ils devront aussi impliquer d’autres élèves répondant à des dispositifs mis en œuvre dans d’autres établissements : « ensembles instrumentaux et orchestres, ateliers artistiques, classes à horaires aménagés ». Les questions de responsabilité devraient alors être précisées...

Ces dernières ne le sont en fait que lorsque la chorale s’inscrit concrètement dans des accords de partenariat (avec des acteurs professionnels de la musique [4]).

- Toutefois, s’il s’agit de chanter, le raccord des projets et des répertoires reste sous contrôle. En effet, il est prévu que « chaque année, les corps d’inspection élaborent un état analytique des chorales dans l’académie et ses départements. Ce travail (…) s’appuie sur plusieurs critères complémentaires ». Ces derniers sont énumérés dans la circulaire : « - nombre d’élèves participant à la chorale rapporté à l’effectif de l’établissement et répartition par niveaux ; - adéquation du répertoire choisi et niveau d’exigence vocale ; - ambition artistique du projet ; - rayonnement de la chorale au sein de l’établissement et en dehors ; - association à d’autres actions d’éducation et de formation mises en œuvre dans l’établissement (théâtre, cinéma, danse, etc.) ; - nombre, qualité et lieux des spectacles réalisés ; - association de la chorale de l’établissement à d’autres unités d’enseignement, notamment liaison école-collège ; - collaboration avec des partenaires professionnels ».

Aucune allusion n’est faite à la « fête de la musique » au jour de l’été ; aucune suggestion n’est ouverte vers les journées du patrimoine ; aucune proposition n’est glissée pour une prise considération des différentes dates des commémorations ou actions civiles, par exemple celles de l’abolition de l’esclavage ou le 8 mars ; etc.

Aussi diversifiés pourraient être les répertoires [5], autant ils doivent répondre à des attentes spécifiques. Car, en tout état de cause, l’objectif de la constitution d’une chorale est aussi d’inviter ces petits chanteurs de la langue de bois à participer à des cérémonies officielles. La circulaire n° 2011-155 du 21 septembre 2011 relative au chant choral à l’école, au collège et au lycée précise que cette participation consiste « à interpréter, notamment, l’hymne national et l’hymne européen ». Et lors de « commémorations, inaugurations ou cérémonies liées à des compétitions sportives », ces chants aux accents patriotiques devront être maîtrisés. Pour cela, la circulaire rappelle que « les documents destinés à accompagner l’apprentissage de la Marseillaise sont disponibles sur : http://media.eduscol.education.fr/file/Marseillaise/88/8/marseillaise_depliant_web_175888.pdf. »

Il apparaît donc que, durant de telles célébrations, chanter les chants porteurs d’un ‛regard critique’, tels « Le déserteur » de Boris Vian ou « Hexagone » de Renaud, n’aurait évidemment pas l’heur de plaire.

.

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ? » [6] Resterait-il donc à célébrer « Le temps des cerises » ?

Notes :

[1] V. par ex., sur L’express.fr, « Défense : l’UMP veut un serment d’allégeance pour les jeunes ; sur Marianne2.fr, « L’UMP réclame des Français prêts à mourir pour la patrie ! ; sur LDH-Toulon, « Une idée de Copé : un serment d’allégeance aux marchands de canons ».

[2] V. la précision donnée entre parenthèses : gestion anticipée des événements, réminiscences, mémoire.

[3] V. le § de la circulaire du 21 septembre 2011 concernant l’affectation des moyens horaires dans le second degré – notant : « La quotité horaire de référence pour la prise en charge d’une chorale en collège ou lycée reste de deux heures/semaine. La spécificité du travail nécessaire, la fréquente multiplication des répétitions à l’approche de la fin d’année, l’organisation d’un ou plusieurs concerts publics dans un lieu professionnel extérieur et la concertation avec les professionnels associés justifient cette référence. Elle peut cependant être modulée en fonction des constats effectués chaque année et de l’évaluation portée par le corps d’inspection. »

[4] « Établissements d’enseignement spécialisé, musiciens et professionnels du spectacle vivant, associations et institutions culturelles peuvent enrichir de leurs compétences les projets envisagés. Le soutien de la délégation académique à l’action culturelle comme celui de la direction régionale des affaires culturelles et des collectivités territoriales concernées par le niveau d’enseignement sont alors indispensables. »

[5] Chansons, comédies musicales, opéras,...

[6] Aragon.

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

A la recherche des « droits culturels » (I)
Des droits culturels ? Des droits de l’homme ! (II)
Droits culturels entre droits de l’homme et droits des peuples (III)
Le terme de l’enrichissement de la langue française...
Droits culturels ? Impasses. (IV)
Droit de l’éducation Art de l’enseignement des arts
Détour vers la Révolution citoyenne en Equateur
Le multilinguisme européen à l’épreuve de la traduction
A l’an neuf, 50 ans après la Révolution cubaine
Droits culturels et droit des minorités
Bolivie : La Constitution d’un Etat unitaire plurinational
Langue française : des "mots pour demain" ?
La suppression des "structures publiques inutiles"...
Uniformes pour un "garde-à-vous" !
Droit de la fonction publique Dates des célébrations religieuses pour ’autorisation d’absence’ en 2010
Droit de l’éducation Parcours culturel au lycée
Dilution de l’édition publique
Kenya : Promulgation de la Constitution au 27 août 2010
Droit de l’éducation Lycée et cinéma : la forme plate du "ciné-lycée"
Droit de l’éducation Une priorité nationale : « savoir nager ! »
Externalisation de la conservation des archives
Apprendre à nager, savoir nager... à l’école.
« Bien manger dans ma petite cantine... »
Le fleurissement des écoles...
Colloque : "Plagiat de la recherche", Paris II-CERSA, 20 et 21 oct. 2011.
Vous pensiez ? et bien, « chantez maintenant ! »
En mars 2012, la Semaine de la presse et des médias dans l’école.
Journée d’étude, 18 novembre 2011, Nanterre : « Services publics en Russie. Comparaisons »
Droit des étrangers : dématérialisation des dossiers et versement aux archives
Le FLI® en référentiel peu accessible...
Privilégier "Madame" et "Nom d’usage" ...
- Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP)
Affiche d’Art-image du fumeur...
La lecture numérique au fil du logiciel imposé...
Communicabilité des registres ou fiches d’écrou et fiches pénales...
L’accès à l’enseignement supérieur au Brésil : "Lei de Cotas Sociais"
Droit d’auteur et oeuvre d’art en termes de "restauration".
Lustre des Illustres dans des maisons.
- Epilogue d’une histoire de restitution "enTÊTanTE"...
En hommage à Aimé Césaire, une résolution ... officielle.
Les services dits de ˮcoffre-fort numérique ou électroniqueˮ devant la CNIL
Des vocables inchangés entre CIMAP et RGPP
Le programme parlementaire ’avant’ les opérations électorales de mars 2014
Une ordonnance pour une réforme du droit des contrats ?!!
Un label de redressement productif associant éducation et marché...
- Questions en surplomb du fichier des interdits de gérer
« Tu ne dé-jeûneras point ! ». Quelques propos relatifs à la Constitution tunisienne et à la répression des jeûneurs.
Le lettré et Le bureaucrate ou l’Administration en flagrant délire
Repères aux JO du 1er au 15 août 2016
Capture de textes au Journal officiel pour une fin de semaine avant la rentrée…
Un service public de la donnée ... publique ?
Ecole : Journée anniversaire.... d’une séparation entre Eglises et Etat
Les chorales plus que le chant choral à l’école
Justice : Lieu des faits, critère prioritaire pour la compétence des ressorts

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
23 septembre 2011
Statistiques de l'article :
12 visiteurs aujourd'hui
7707 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4328 (3337812)