Hymnes nationaux. Le chant des circulaires...

Le 15 décembre 2014, par Geneviève Koubi,

En Chine aussi, les circulaires disposent d’une fonction normalisatrice et jouent un rôle social. Certes, leur portée est bien plus radicale que celle attribuée aux circulaires administratives en droit français, tant elles exposent décisions et intentions politiques...

Dans un article paru, sous la plume de François Bougon et avec ce titre « La Chine demande de la tenue pour son hymne national », dans le journal Le Monde daté du 14 décembre 2014, on apprend que « les autorités ont diffusé vendredi, à travers le bureau général du comité central du parti communiste et celui du gouvernement, une circulaire précisant "l’étiquette pour chanter et jouer l’hymne national" » (La Marche des volontaires). Cette circulaire « en interdit l’usage lors des mariages et enterrements privés ou activités commerciales », de même que pour toutes activités dites de divertissement, en public comme en privé. Nous en est aussi offert le lien ... en chinois.

.

Presque partout dans le monde, c’est dans les écoles que s’apprend l’hymne national. Donc en Chine comme en France.

En Chine, par cette circulaire de 2014, il est rappelé que l’enseignement et l’apprentissage de l’hymne sont obligatoires à peine de sanctions, un contrôle devant être réalisé pour vérifier la bonne compréhension de l’ordre transmis et surtout l’application des élèves à retenir le rythme et les paroles de l’hymne national.

En France, une circulaire n° 2005-124 du 26 juillet 2005, ayant pour objet la préparation de la rentrée 2005, prévoyait en son point 5 un enseignement de l’hymne national : « La loi du 23 avril 2005 précise, dans son article 26, que la formation dispensée dans les écoles primaires “offre un enseignement d’éducation civique qui comporte obligatoirement l’apprentissage de l’hymne national et de son histoire.” Cette disposition conduit à enrichir le programme de l’école primaire, lequel prévoit, pour le cycle des apprentissages fondamentaux, que “l’élève prend progressivement conscience de son appartenance à une communauté nationale (...). L’enseignant lui explique la signification des grands symboles de la France et de la République : l’hymne national, le drapeau, quelques monuments...” ». Comment oublier que, par delà cette loi [1], une autre loi de 2005, la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés faisait la part belle à la colonisation [2] ?

Plus tard, la circulaire n° 2011-071 du 2 mai 2011 relative à la préparation de la rentrée scolaire 2011 s’attachait aussi aux termes de la loi du 23 avril 2005 d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école afin de signifier que « l’étude de la Marseillaise est obligatoire à l’école primaire ; l’hymne national est appris et chanté par les enfants dans l’école et, chaque fois que possible, lors de manifestations commémoratives. Cet apprentissage est réalisé en CM1 ». Ce sont ces formules qui ont fait l’objet d’un recours devant le juge administratif. Le Conseil d’État, dans une décision du 23 décembre 2011, Assoc. DIH-Mouvement de Protestation civique (req. n° 350541), avait rejeté la requête. Que l’association requérante s’offusque d’entendre les enfants des écoles élémentaires chanter la Marseillaise, « en particulier les phrases "Qu’un sang impur abreuve nos sillons" et "Quoi, ces cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers !" » est une chose, que « ce chant symbolise, en tant qu’hymne national, les valeurs de la République » en est une autre. L’apprentissage de la Marseillaise et de son histoire appartient bel et bien au programme d’éducation civique [3].

.

En revenant à la circulaire émise par les autorités chinoises, dont le caractère est sensiblement politique, ce ne serait donc, normalement, que « lors des célébrations officielles, lors de l’ouverture des réunions politiques, lors de grands événements sportifs, lors de sommets diplomatiques, pour le lever du drapeau, etc. », que pourrait/devrait retentir La Marche des volontaires. Il est de plus signalé, dans cet article du Monde, que la circulaire a été « diffusée juste avant la Journée nationale du souvenir de samedi, commémorant le massacre de Nankin par l’armée japonaise en 1937 ». Donc, au titre des célébrations officielles, il faut nécessairement compter les commémorations... du moins celles qui ont été reconnues comme appartenant à l’allégorie étatique, celles que l’ont dit ’officielles’ pour éviter que d’autres choix soient faits, pour parer au risque de commémorations clandestines...

N’est-ce pas aussi le cas en France ? La Commune de Paris et Mai 68 sont-ils au nombre des commémorations officielles ? N’était-il pas prévu, n’est-il pas de tradition que l’hymne national soit chanté, chaque fois que possible, lors de telles commémorations ? [4]

Or, en Chine, pendant que l’hymne résonne, la circulaire recommande impérativement à chacun d’adopter une attitude solennelle, comme « porter des "habits convenables" (...), se tenir bien droit et être digne, ne pas changer les paroles... ». Le dispositif de la circulaire dépasse là le carcan scolaire et s’inscrit dans l’espace public...

.

En France, les paroles ont déjà été démises en musique [5]. Et c’est notamment dans les stades, lors de cérémonies sportives, que surgissent des attentes identiques de respect et de soumission,ce autant des acteurs sur le terrain que de la part du public. Par ailleurs, une circulaire n° 16662/K du 23 décembre 1921 relative aux marques extérieures de respect à témoigner lors de l’exécution de l’hymne national au cours de cérémonies publiques semble d’ailleurs toujours en vigueur puisqu’elle est référencée sur le site www.circulaires...gouv.fr. Elle ne s’adresse qu’aux militaires. En effet, il fut remarqué que « dans les cérémonies publiques, les militaires omett[ai]ent parfois de rendre les honneurs à l’hymne national au moment de son exécution ». Aussi, « par analogie avec ce qui est prescrit dans les règlements de manœuvre pour les officiers qui n’ont pas le sabre à la main dans les revues et défilés, au moment où les honneurs sont rendus à l’hymne national par les autorités présentes, les militaires isolés doivent saluer, dans la forme réglementaire, et rester dans la position du "garde à vous", jusqu’à la fin de l’exécution de l’hymne ».

.

.

Après les livres d’histoire et les leçons de choses, après les drapeaux et les emblèmes, ce sont donc les hymnes qui entrent dans le collimateur des gouvernants de tous pays. Les enjeux sont partout les mêmes. La connaissance ’officielle’ des circuits de la construction de l’État est un point de départ, la symbolisation des attributs de l’État en est au centre. Il s’agit ainsi d’instaurer ou de restaurer une image respectable, vertueuse, sérieuse, digne et fière des institutions publiques, des gouvernants...

A quel objet, à quelle thèse, à quel symbole les autorités publiques s’attacheront-elles demain ?

Notes :

[1] L. n° 2005-380 du 23 avril 2005 d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école. Son article 26 (al. 2) disposait : « La formation primaire dispensée dans les écoles élémentaires (...) assure l’acquisition des instruments fondamentaux de la connaissance : expression orale ou écrite, lecture, calcul ; elle suscite le développement de l’intelligence, de la sensibilité artistique, des aptitudes manuelles, physiques et sportives. Elle offre un premier apprentissage d’une langue vivante étrangère et une initiation aux arts plastiques et musicaux. Elle assure conjointement avec la famille l’éducation morale et offre un enseignement d’éducation civique qui comporte obligatoirement l’apprentissage de l’hymne national et de son histoire. » Quelques modifications de l’article L. 321-3 du Code de l’éducation qui la relayait, sont intervenues depuis. Pour ce qui concerne ces symboles-clef, désormais « l’éducation morale et civique … comprend, pour permettre l’exercice de la citoyenneté, l’apprentissage des valeurs et symboles de la République et de l’Union européenne, notamment de l’hymne national et de son histoire ».

[2] L’article 4 al. 2 qui prévoyait que « les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit », fut par la suite supprimé.

[3] V. C.G, « Qu’un sang impur abreuve nos sillons ! », 26 janvier 2012, dalloz-actu-etudiants.fr.

[4] De plus, comme ne pas ajouter que l’hymne national joue un rôle dans les processus dits d’intégration, et surtout en matière d’acquisition de la nationalité française ? Outre le fait que l’étranger qui sollicite sa naturalisation devrait en connaître les paroles et en capter les aspects musicaux, l’organisation de certaines ’cérémonies de remise des décrets de naturalisation’ accentuerait-elle vraiment le passage du statut d’étranger à la qualité de Français aux son de La Marseillaise ? V. S. Mazouz, « Une célébration paradoxale », Genèses, 2008/1, p. 88 ; D. Fassin, S. Mazouz, « Qu’est-ce que devenir français ? », Rev. fr. Socio., 2007/4, p. 723.

[5] V. D. Francfort, « La Marseillaise de Serge Gainsbourg », Vingtième Siècle, 2007/1, p. 27.

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

Citer H. Marcuse pour dire les droits de l’homme
Les mirages de l’interdiction d’un référentiel ethno-racial…
Lutter contre la traite des êtres humains...
Distinguer entre droits individuels et droits collectifs
Droit et droit de résistance à l’oppression (I)
Droit de résistance à l’oppression et droit à l’insurrection (II)
Dans un monde où rien n’échappe à l’œil de la machine…
Droit de résistance à l’oppression et désobéissance civique (III)
La lettre annexée : retour à l’antienne de la « diversité »
Des droits sociaux dans une société mondialisée
Supprimer le mot « électronique » et ne pas écrire « biométrique »
Les droits des peuples face à la mondialisation
Pour un emploi, des "devoirs" plus que des "droits "
Droits de l’homme Recoins constitutionnels : le « Défenseur des droits »
Droits de l’homme Refondation des modes de nomination à la CNCDH
Le fichage des enfants continue...
Comprendre plus qu’apprendre la désobéissance...
Droit des étrangers Le critère de l’assiduité à la formation pour l’obtention du visa
La protection des données personnelles sous Hadopi
Sous l’habit du voyageur
Le retrait d’Edvige
L’évaluation du niveau de connaissance, par les étrangers, de la langue française et des valeurs de la République
Les fichiers de police en attendant EDVIRSP
Label "diversité". La promotion de la discrimination active
Droit(s) et Colonisation(s) Distinguer entre peuples colonisés et peuples indigènes
La formation aux valeurs d’une République...
Vers une organisation des Nations-Unies indigènes et autochtones
"Presse en ligne". Modération des commentaires ?
V’là le Sal-Vac, le sac à VAC (Violence Associée au Crime)
Engeance d’agence des fichiers en Europe
Droit de l’éducation Aller à l’école sans "coiffe" de couleur religieuse
Un Défenseur des droits compact
Remplacer EDVIGE, éviter EDVIRSP : fichiers de prévention de la sécurité publique...
La protection de l’enfance, des droits à protection en déclin ?
Naître, n’être pas... Français ?!
A propos des « pays d’origine sûrs » de l’OFPRA…
Droit des étrangers Codification du « fichier des non-admis » (FNAD)
Un "NON" à la réécriture du Code de procédure pénale...
Obligation de travaux à la charge du locataire...
Veillez à ôter ce voile en sortant…
Droit et diversité culturelle La diversité à l’aune de l’argent versé
La "recherche" dans le « fichier des personnes recherchées »
Les fichiers BIOAP, le suivi de circulation en prison
VISABIO : des prestataires "à titre expérimental"
Droit de l’éducation Diplômes du Saint-Siège équivalents aux diplômes d’Etat
Accumulation inutile des rapports sur la "diversité"
L’existence d’un "délit de solidarité" confirmée
Pays "sûrs"... pas si sûrs pour le Conseil d’Etat
Droit de l’éducation Droits et libertés dans les filets du lycée
L’Etat de la vidéoprotection...
Conséquences de la décision QPC sur l’article 7 du Code électoral par voie de circulaire...
Fichier PARAFE. Par affres ?
A la frontière entre le fichier et le service ? L’S en plus ou en moins.
De l’abri au logement, des mots sans actes
A visage découvert...
- Les mots "Défenseur des droits" pour effacer les autres...
Comment établir le PV de la ’dissimulation du visage’...
Sectes sous surveillance mesurée en sécurité
- Expérimentation : "un chez-soi d’abord" !
Transports collectifs de voyageurs : "Le billet tique !"
Eligible au programme PARAFE !?
Domesticité : la reconnaissance du droit du travail
Participation-dénonciation, un acte citoyen ?
Vers un fichier des "citoyens honnêtes"...
Résistance de la loi de 1905 à l’épreuve du temps et de l’intérêt public local...
Sanctions disciplinaires à l’épreuve des mesures de responsabilisation...
Contrôle de l’assimilation : à la recherche du défaut.
La consultation du FIJAIS pour l’encadrement des activités sportives et l’accueil des mineurs
Hospitalisation d’office, une hospitalisation sans consentement dite « de soins psychiatriques »
Discriminations au pluriel ? Une pluralité de questions.
Fichier de la fraude documentaire et l’usurpation d’identité
Au point de non-retour, quand dire c’est aussi se dédire...
Circulaire supplémentaire plus que complémentaire...
Une charte... Des droits et des devoirs "de" ou "du" citoyen français ?
Une circulaire de l’Intérieur relue par une dépêche de la Justice...
Le chant des SIRHEN...
- Exercice. Les différentes lectures d’un arrêt (à partir de CE ass., 11 avr. 2012, GISTI et FAPIL, n° 322326).
Sur les naturalisations, une circulaire si peu informative...
Etrangers d’une circulaire à l’autre...
Téléservice, le service dématérialisé de l’alternance ?
Pour le droit à la liberté de "prier autrement"...
Accompagnement des opérations d’évacuation des campements...
Des fichiers créés pour un passage du format papier au format numérisé.
Version à signer, version assignée de la Charte des droits et devoirs du citoyen devenu Français.
Carte nationale d’identité pour personnes détenues.
Des annuaires de crise en fichiers...
Des rives policières de Manche à Calais...
- Engagements sur démesures dans les centres pénitentaires.
Entrée au musée ... l’égalité dans la gratuité ?
Egalité professionnelle. Procédure et sanction "effectives" ?
AGDREF et VISABIO révisés pour RMV2 (réseau mondial visas)...
Emprise des empreintes génétiques : FNAEG, le fichier des mis en cause à mettre en cause.
La gestion du "dépôt" des palais de justice...
Pays d’origine "sûr" : tirer les conséquences d’une décision du Conseil d’État du 4 mars 2013.
Lutte contre l’immigration irrégulière. Des indicateurs sans chiffres ?
Remplacement du FPA par le SETRADER - Des combinaisons à repenser ?
Décrets PASP, GI-PASP. Précisions sur la donnée "origine géographique"..
- Adopter le mariage sans "altérité sexuelle" ... Et le réfléchir ?
Pauvreté en prison. Un travail entre aides et gratuité.
Un guide méthodologique ’interdirectionnel’ pour la surveillance électronique.
Le fichier ADONIS doublé par le téléservice SVAIR
- Un référendum d’initiative partagée... et non pas ’populaire’.
La "fiche de renseignements administratifs", un téléservice en procédure de fichage scolaire
Réduire les taux de non-recours aux droits sociaux ou améliorer l’accès aux droits sociaux ?
- Distinguer multiculturalisme et pluriculturalisme ? (Complément à un cours - I)
- Distinguer multiculturalisme et pluriculturalisme ? (Complément à un cours - II)
La télédéclaration ou l’auto-fichage au service de l’administration des sports.
Un logiciel pour des places d’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile.
La porte étroite du droit au compte bancaire...
Réaménager la mesure d’opposition à la sortie du territoire de l’enfant mineur....
Limiter les techniques biométriques ? (I. - Sénat)
GENESIS... une application logicielle détaillée pour remplacer GIDE
API-PNR France, le traitement automatisé de données à caractère personnel des passagers...
Centralisation des données d’interceptions judiciaires...
- Accroches vers l’exposé du principe de neutralité du service public
Hymnes nationaux. Le chant des circulaires...
Une "information" pour une circulaire masquée ?
Un livret du citoyen officiel introuvable à ce jour...
Au risque de la politique de renseignement...
Circonvolutions de la DPJJ pour (faire) appliquer le principe de neutralité...
-Entre le domaine de la loi et le domaine du règlement, les domaines du renseignement
Le fichier STADE suspendu...
Une loi d’état d’urgence "inconstitutionnelle" ?
Une déchéance de nationalité inadmissible dans un Etat de droit...
Recomposition du traitement automatisé de traces et empreintes digitales et palmaires...
Le "secret" rétabli pour un traitement automatisé de données à caractère personnel ...
Une question sociale en EXPLOC ?
Création de [places dans les] crèches à vocation d’insertion professionnelle
Le fichage de la population...
AAI : le Défenseur des droits perd l’étiquette constitutionnelle
Connaissances sur les maladies et les pays d’origine au prisme de sites web
Fichier TES : des réticences plus qu’une résistance à son institution
Le PNDS... parer au risque du non-recours aux droits ?
Outre-mer, des peuples autochtones de France ou en France ?

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
15 décembre 2014
Statistiques de l'article :
14 visiteurs aujourd'hui
8911 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4332 (3342789)