Droit de l’éducation Instruction civique, éducation morale : esprit de contradiction Et le résultat de la culture du résultat ?

Le 20 février 2008, par Geneviève Koubi,

Dans un discours du 15 février 2008 à Périgueux, le Président de la République a fait part une fois de plus de son désir de réformer l’école, de (re)lancer un débat public sur le système scolaire. Insistant sur le constat selon lequel « notre école ne se porte pas bien », ce discours use d’une image classique et toujours aussi ambiguë. Le préambule de 1946 ne précise-t-il pas que « l’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’Etat » ?

C’est encore avec des ‘chiffres’ que la démonstration du ‘sous-développement’ scolaire est déployée ; l’échec scolaire se compte à partir de ceux qui sortent de l’école en grande difficulté et de ceux qui accèdent au collège avec des ‘acquis fragiles’. Le résultat est alors que 40% des élèves entrent en 6ème avec un niveau insuffisant… Bien sûr, l’argument de la “place” de la France en Europe est brandi avec constance ; la performance scolaire devient un des enjeux de la compétitivité ; la France est en perte de vitesse dans le domaine des sciences !

Ce discours n’apporte aucune innovation. Le constat d’une « baisse du niveau scolaire » est récurrent ; il rythme chaque fin et chaque début d’année scolaire alors même que l’objectif de la réussite au baccalauréat reste fixé à 80% d’une classe d’âge. Toujours les mêmes solutions sont avancées comme celle de l’organisation des semaines de cours (24 heures au lieu de 26 heures mais en envisageant deux heures de cours complémentaires ou de soutien offerts à tous).

Cependant, parmi toutes les propositions égrenées par le Président de la République, certains souligneront une interrogation sur la fonction du droit : la fixation des programmes d’enseignement scolaire relève-t-elle du pouvoir législatif ? ou bien est-elle du domaine réglementaire ? D’autres préféreront en soulever une autre : que recouvre le principe fondamental de la liberté d’enseignement ?

Mais encore, si l’on retient la logique de ce discours, tout ce qui compte c’est le résultat… Or ce n’est pas le résultat obtenu par l’élève ; sa réussite ou son échec importent peu. Plus justement, ce qui doit être retenu c’est ce que l’enseignant sera parvenu à lui faire ingurgiter dans des connaissances puisées au sein de programmes définis non par les enseignants – si mal nommés ‘experts’ dans ce discours ! – mais par les élus, par les hommes politiques. La correspondance entre l’évaluation de l’école et l’évaluation de l’enseignant (mais non de l’enseignement puisque celui-ci sera posé par la loi ou le règlement) détient-elle un sens à l’heure où les mots de mobilité et de précarité sont conjugués ensemble ?

Si la proposition présidentielle est retenue, les programmes scolaires entreront dans le domaine de la loi. Les parlementaires devront alors trier dans la masse des connaissances, les disciplines devant être « apprises » plus que comprises par les élèves ; la « mémorisation » devient le maître mot de l’enseignement. Pourtant, le but premier de tout enseignement n’est-il pas d’élargir les champs du questionnement, d’ouvrir à la réflexion, d’éveiller l’esprit critique ? Cet éveil ne passe pas par la « morale ».

Evoquer une « éducation morale » revient à défaire le projet inscrit dans le Code de l’éducation d’une initiation, d’une formation à la citoyenneté et à l’exercice de la citoyenneté. La citoyenneté ne se résume pas à l’obéissance ni à la résignation, la citoyenneté est « discernement ». C’était l’enjeu d’une « instruction civique » et non d’une « éducation morale ».

Ne faudrait-il pas aussi retenir toutes les évolutions et toutes les variations qu’ont connu les différentes propositions tendant à la reconstitution d’une éducation morale détachée des formes de socialisation de l’enfant, de la vie en société ? Quel en est le contenu ? quelle en est la finalité ? En fait, « l’instruction civique et morale » à laquelle fait référence le Président de la République dans son discours du 15 février 2008 rappelle les formes d’une « Ecole du respect » ou celles d’une « éducation à la civilité » que des ministres de l’éducation avaient autrefois, il n’y a pas si longtemps, développées et qui pouvaient être tout aussi critiquées. [1]

Quel est le but de cette entreprise de reconstitution des programmes scolaires ? Le conditionnement de la pensée et le formatage du raisonnement ? Ne faudrait-il pas craindre alors en revers une « absence de pensée » (H. Arendt) ? N’y a-t-il pas un risque que l’enseignement soit en passe de devenir un instrument de « propagande » ?

Dans cette perspective où les politiques décideraient du fond et du contenu de l’enseignement, dès que les présupposés d’une éducation morale sont avancés dans le champs des valeurs destinées à restaurer l’autorité sans penser à l’épanouissement de l’enfant, et à partir du moment où les connaissances se voient réduites dans le cadre d’un savoir reconstitué à partir d’un « socle commun des connaissances et des compétences » recentré sur les mathématiques et le français, les connaissances « mémorisées » par les élèves risquent bien d’être celles que les gouvernants auront estimées indispensables pour assurer leur maintien en place... Mais encore, si emblème, drapeau et devise sont réunis au cœur de cette instruction civique et morale, comment est-il possible d’user de la référence aux dispositifs de « la lutte contre la discrimination » pour imprimer à l’enseignement de l’histoire contemporaine un autre modèle : est-il envisageable de faire de l’indicible et de l’innommable inhérents à la barbarie un mode d’appréhension « personnalisé » des pages d’histoire les plus sombres de l’humanité ?

Ce sont aussi des questions de « droit »...

Notes :

[1] V. en document joint, bien que “daté” des années 2003-2004 : G. Koubi et S. Jean-Baptiste — version française « Entre “civismo” y “civilidad”. La educación de la ciudadanía », Anales de la cátedra Francisco Suárez, n° 38-2004, Educación y democracia, Universidad de Granada, Espagne, p. 47 à 70 (en espagnol).

 

Documents joints à l'article

Entre civisme et civilité, l’éducation à la citoyenneté
PDF | 159.5 ko | document publié le 20 février 2008

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

Carte judiciaire : service public-usagers / justice-justiciables
Service public et liberté de participation à un mouvement de grève
Droit de l’éducation L’interdiction de l’école buissonnière...
Droit de l’éducation
Instruction civique, éducation morale : esprit de contradiction
La « dangerosité » de la rétention de sûreté
Une « carte universitaire » : fin des antennes délocalisées ?
Droit de la fonction publique Une charte des « valeurs » de la fonction publique ?!
Droit du service public A la recherche d’un cadre juridique pour les services sociaux d’intérêt général…
Droit de la fonction publique La pente de la restructuration de/des service/s
Encore plus de décrets, plus vite !
Vers un "bloque-blog" ?
Les enseignants-chercheurs « au Rapport ! »
Droit de la fonction publique Des concours calculés à partir des souhaits des employeurs
Vers une carte des stations de CNI - Passeport
Le nouveau pistolet des agents de police municipaux
Avancée vers un statut du blog en Europe
Bandeaux en survol : les 50 ans d’une Vème République
Des services de ’promotion’ de la santé à l’Université...
Le blog : sujet sensible, enjeux importants
Droit de la fonction publique Une "charte pour la promotion de l’égalité"
Des célébrations mémorielles, une mémoire partagée
Vers une action publique intégrée en Afrique ? Le cas de l’OHADA
Droit constitutionnel Une notion de "parti politique" à réviser
La « carte » des quartiers ... de police
Droit des fonctions publiques La mobilité au service d’un « Etat-Entreprise »
Alerte à la grippe porcine : réactiver la prévention et la lutte "pandémie grippale"
La demande de (re)tenue. La geste de la violence policière...
Artifices d’une prétendue simplification
Droit de la fonction publique Les "indemnités de départ volontaire" dans l’Education nationale
Vers un Drôle d’en-Droit... La notion de ’vie privée’ au détour d’un rapport parlementaire
Diffractions du vocabulaire juridique
Quand le service public se ’personnalise’...
Droit de la fonction publique Parcours-mobilité pour l’été 2009
Orientations industrielles et commerciales du SIV (immatriculations des véhicules)
Proxima mobile ? prix maxima plausibles.
Droit de réponse Principes et enjeux du développement du portail Proxima mobile
Face à la pandémie grippale, la continuité d’abord.
Droit de la fonction publique Une nouvelle atteinte fondamentale à la Fonction publique, la loi du 3 août 2009.
Droit de l’éducation L’assiduité aux cours entre l’e-change et le chant-âge.
Ton portable, tu n’utiliseras pas...
Droit de l’éducation Sécuriser l’école ou scolariser la sécurité ?
Actualisation des fichiers au ministère de l’imm...
Des livrets délivrés aux jeunes...
Droit de l’éducation Vers une école en « quartier de haute surveillance » ?
Référentiel de sécurité et prestataires de confiance pour échanges électroniques administratifs
For intérieur et prise de conscience contre devoir de réserve
Des "cadres dirigeants" de l’Etat...
Administrés consommateurs de service public ou de droits ?
Droits civiques : voter dès le premier tour...
Citoyens volontaires en ’service civique’...
L’UE joue l’air numérique ...
Simplicité, modestie, économie. Apparats d’un Etat sans fastes
Simplicité, modestie, économie. Affichage des apparats d’un Etat sans fastes
Les beaux-arts du renseignement
Droit de l’éducation Cahier de textes numérique : des colles en ligne
Les fichiers des jeux en jeu
Rhapsodie en localisation marine...
Nouveau "référent" : un "référent national" pour un fichier
Sections du CESE remaniées
Poreux qui, comme Ulysse… (fichier des déplacements professionnels)
Cours. Administration territoriale Que fait la police ?
Vers un défenseur des droits... de l’administration ?
Réponses aux questions. « Un Défenseur des droits... face à l’administration, seulement ».
Encore un fichier "secret" ! La gestion de l’information et la prévention des atteintes à la sécurité publique...
Affaires juridiques dans les ministères.
Ficher la population... un évènement majeur ?!
Fonction Publique. "Ils ne mouraient pas tous......." (1.)
Fonction Publique. "Ils ne mouraient pas tous......." (2.)
Visionnage ? Un mot pour cacher les images enregistrées
Circulaires à diffusion restreinte qui ne sont pas sans conséquences...
Aux armes, gardiens et surveillants des cités !
Au dernier Journal officiel de l’année 2011...
Indices d’un passage de l’administration électronique à l’administration numérique...
Parrainages et candidatures à la Présidence de la République
Expérimentations des contrôles des arrêts maladie... en fonctions publiques
Consignes aux bureaux de vote. Election aux 21/22 avril et 5/6 mai 2012 ...
Le fichier Game 2010 ... aux divers enjeux.
Des produits et des marques pour des éditions dites publiques
La circulaire du Code de la sécurité intérieure.
Gouvernement en charte de... "déontologie" ?
Le rappel de la jurisprudence dans une circulaire...
Dracar et Téléc@rtepro sous le regard du Conseil national des activités privées de sécurité.
- Tenues vestimentaires des élèves sous contrôle ?
Les services de proximité primés des débits de tabac.
ANTAI - Site du PV électronique ou "téléservice" ?
Quid du fonctionnaire ?
"RIE", service à compétence nationale sous MAP.
La grille de la MAP...
La fenêtre étroite du traitement GIDE
Projections autour de la notion de "démocratie sociale"...
Simplifier ? Effacer les circulaires et notes caduques...
L’interdit de fumer aux terrasses de café en questions circulaires...
DIMAP : Suppression du service "projets". Disparition de la distinction entre services "collectivités", "particuliers", entreprises".
L’ouverture de la consultation de certains fichiers aux agents de la mission "délivrance sécurisée des titres".
Assimiler les valeurs essentielles de la société française et l’égalité "femme-homme"...
Vers une valorisation des activités de recherches dans l’administration ?
La géolocalisation, un ’moyen technique’ pour des investigations...
SIC d’Etat, service public ferroviaire, armement... Bribes d’informations juridiques de début du mois d’août 2014
Des services de renseignement territorial ....
Plus d’une dizaine de voies ordonnancielles ouvertes. Ière Partie : La belle vie des entreprises...
Les associations agréées et SINUS
Un avis ou des mots pour tourner autour du sujet : les valeurs de la république
Déconfiture des référés....
L’extension des services de renseignement
Téléservice ou traitement automatisé de données à caractère personnel pour saisir l’administration par voie électronique ?
Surveillance des manifestations en polices administrative et judiciaire
L’iGAV, un nouveau fichier de police...
Entrer en 2017 ... au verbe numérique
Pour l’ordre, des armes et du renseignement...
En attente d’une circulaire sur les méthodes de travail du Gouvernement...
Cabinet ministériel...

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
15 juillet 2008
Statistiques de l'article :
12 visiteurs aujourd'hui
13738 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 3925 (2934558)