Au 2 février 2009, une "unie"-versité aux arrêts ?

Le 2 février 2009, par Geneviève Koubi,

La loi n° 2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités dite loi "LRU" avait fait l’objet de vives contestations justifiant des "blocages" de nombreuses universités que les représentants des UFR de Droit n’approuvaient guère, son prolongement logique quant au statut des enseignants chercheurs qui en ressortirait, a fait l’objet de résistances plus acharnées par les mêmes et, paradoxalement, de négociations plus alambiquées de la part des représentants des sections Droit du CNU... Par-delà le site de Sauvons l’Université ! (SLU), plusieurs sites internet ont été créés, sur des initiatives individuelles, pour rendre compte des motifs de ces luttes et des raisons de ces atermoiements [1].

Les actions engagées paraissent cependant "décalées", peut-être volontairement, par rapport au large mouvement social qui a fédéré les mécontentements du secteur public comme du secteur privé, le 29 janvier 2009. En effet, ne répondant pas à la solidarité attendue de l’appel à la grève du 29 janvier 2009, c’est à la date du 26 janvier 2006 qu’était décidée une première grève "in situ", par le mécanisme de présence sur place et par le biais d’une "explicitation" auprès des étudiants d’un projet de décret qui les concerne en tant qu’il les transformerait en consommateur de savoir ou en client d’un service public ( ?) désormais dépourvu de tout "droit à un enseignement de qualité". Se démarquant ainsi par rapport aux autres mouvements de contestation — contestation d’un système juridique aux changements frénétiques et aux allures réformistes quelque peu régressives qui décompose les quelques acquis que les luttes des travailleurs avaient précédemment, durant tout un siècle, réussi à arracher aux pouvoirs publics (droit de grève, droit syndical, protection sociale, etc.) —, le mouvement des enseignants chercheurs, en Droit surtout, apparaît presqu’en porte-à-faux par rapport aux attentes générées par les discours tenus.

Ainsi, dans un choeur à deux voix, le jour du 2 février 2009 a été déclaré "jour de grève" : "l’université s’arrête" [2]. Malgré donc ces hiatus, tous — ou presque — se déclarent en grève ce jour [3].

Ces deux voix indiquent pourtant deux voies différentes d’un mouvement, l’une étant portée majoritairement par des juristes qui se sont lancés dans un schéma de négociation pacifiante pour les instances de pouvoir mais non apaisante pour ceux qui les suivaient dans leurs résolutions [4], l’autre rassemblant d’autres disciplines, plus généraliste, captant les contestations engagées par d’autres milieux universitaires contre la "mastérisation" des concours, contre les modifications des statuts des IUT, contre les réformes de la formation des professeurs d’école, contre la systématisation du quantitatif dans l’évaluation des enseignants, etc.

.

Nul n’est obligé de dire à laquelle de ces deux voix ou de ces deux voies, il s’attache pour exercer son droit de participation à la grève, ce droit étant encore dans le cadre de l’enseignement supérieur conçu comme de nature collective et n’exigeant pas de chacun une déclaration préalable 48 heures auparavant...

.

Notes :

[1] Par exemple : le site de O. Jouanjan constitué pour regrouper l’information relative au projet de modification du statut ou le site de L. Valette, sur le "projet de décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs". Mais, sur Toulouse, existait déjà le site des "personnels obstinément opposés à la loi Pécresse", dit Poolp.

[2] V. le Communiqué de SLU sur l’AG du 22 janvier 2009 et le Communiqué de presse de la coordination nationale des universités (31 janvier 2009).

[3] Mais, parce que le lien avec les mouvements sociaux n’a pas été formellement affirmé, "je" resterais circonspecte à cet égard, plus radicale dans la contestation parce que je militerais plus sûrement pour une révision de la loi LRU, et moins confiante dans la négociation qui s’averera indispensable, parce qu’elle donnera toujours aux "cumulards" du privé et du public, une place de choix en dépit du principe de l’exclusivité due à la fonction occupée dans le service public, principe qui garantit pour une large part "l’impartialité" à laquelle ont droit les usagers du service public en cause...

[4] Comment négocier une modification d’un projet de décret dont avait été pourtant demandé le "retrait" ?

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

La liberté d’expression dans l’éducation et la recherche en danger
Critique salutaire du projet de décret "statutaire" des universitaires
Que sera demain le service public de l’enseignement supérieur ?
Au 2 février 2009, une "unie"-versité aux arrêts ?
Evaluations des recherches en sciences juridiques
Une année universitaire à valider sans cours ni examens...
Ils ont osé les signer...
Droit de l’éducation Retenue sur traitement = pas de tenue des examens
Bientôt, un "Haut conseil aux sciences sociales..." ?
Rave-âge du festival LRU
Accompagner le progrès scientifique ... pour mieux le maîtriser ?
Déjà une université à deux vitesses…
Un référent ? ciel !! Quelles équivalences horaires ?
Sous l’empire de la LRU, l’indépendance des enseignants-chercheurs
Du droit en ligne universitaire
Lettre ouverte aux enseignants-chercheurs à propos du "Référentiel d’équivalences horaires" du 1er février 2012
Précarité des universitaires...
PRES, EPCS ? Universités et territoire
Les universités entre LRU et RGPP
Indépendance ? Un vain mot pour la recherche et l’enseignement supérieur !
Universités : Lutter contre le "droit du fait accompli"
Pôle universitaire de proximité : Séparer l’enseignement supérieur de la recherche !?
Université-service public, et non université-service ’au’ public. Friction-fiction. La con-vocation à l’oral de l’examen
Vers un commencement ou un recommencement...
« Etre enseignant-chercheur en droit public aujourd’hui ? » - Colloque Univ. Grenoble 2, 16 sept. 2011.
Faillite de l’université sous LRU ?
La "formation des maîtres" sur la voie de la privatisation...
Le CNRS enfin à l’honneur, les universités toujours sous LRU ?
Désobéir, un moyen d’action contre les méthodes comptables d’évaluation individuelle des enseignants-chercheurs.
Le plagiat n’est-il qu’une forme de fraude aux examens ?
Faire du Droit une discipline universitaire disciplinée.
Austérité ! Rigueur ? Pénurie... L’université ne sera pas épargnée.
Un rapport sans apports sur la question du plagiat à l’université....
Au chevet de l’enseignement supérieur et de la recherche. Contributions assises sans "plagiat" ?
Vers le rassemblement d’universités en régions de PRES ?
Universités : une réforme en LRU renforcée.
Universités en LRU approfondie. Un projet qui ne répond pas aux attentes.
Enseignants-chercheurs : des recrutements locaux et des statuts territoriaux ?!
Suppression des qualifications CNU pour les recrutements et promotions des enseignants-chercheurs.
Enseignement supérieur et recherche... "Des capacités d’expertise et d’appui aux politiques publiques" !
Universités : des licences dé-primées et à comprimer...
FUN ? pas si drôle ! La marchandisation des enseignements est en marche
La qualité scientifique des recherches dans le gouffre de l’open access
Au TA de Paris, l’externalisation des formations relevant du service public de l’enseignement supérieur ne passe pas.
Des intitulés de Licence et Master défaits. Simplifier, c’est aussi embrouiller.
Des mentions du diplôme national de master de Droit ou la fermeture des recherches en Sciences juridiques...
La recherche scientifique au régime... (du gouvernement)
Universitaires contre le passage forcé aux COMUE.
Pour suivi... Carrière et suivi de carrière pour les enseignants-chercheurs ;
Non aux ComUE ! Rassemblement le 24 novembre 2014...
Une charte pour les métiers de la recherche...
La Galaxie des enseignants-chercheurs...
En question critique et juridique : la sélection pour un Master 2 ?
Distanciations entre partie législative et partie réglementaire des codes et multiplication des renvois à d’autres textes (exemple : le Code de l’éducation)
« Une brève de Stendhal : À Messieurs les Étudiants »
Contre une université néolibérale... (sur Jus ad libitum)

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
2 octobre 2009
Statistiques de l'article :
10 visiteurs aujourd'hui
6434 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4303 (3316781)