La circulaire du Code de la sécurité intérieure. Circ. 30 mars 2012, entrée en vigueur du Code de la sécurité intérieure

Le 19 avril 2012, par Geneviève Koubi,

Dans une circulaire en date du 30 mars 2012 (IOCK/12/07279C), mise en ligne sur le site circulaires.gouv au 16 avril 2012, le ministre de l’intérieur annonce d’emblée que la codification réalisée, pour un Code de la sécurité intérieure, répond au principe de valeur constitutionnelle d’accessibilité et d’intelligibilité de la loi. Or, en cette circulaire, il trouve nécessaire d’expliciter, notamment à l’adresse des préfets, les "circonstances" de l’entrée en vigueur de la partie législative du Code de la sécurité intérieure [1].

 

Le premier paragraphe de la circulaire du 30 mars 2012 semble ne donner qu’une description laconique du Code de la sécurité intérieure [2]. La circulaire en répertorie les différents Livres, exposés en l’occurrence sous le label de "thématiques" [3]. Elle enfile les différentes lois pensées "entièrement codifiées", - parfois réécrites et réinterprétées même si la référence à la notion de "droit constant" y est insérée - ; ces lois sont alors abrogées - neutralisant ainsi les origines historiques de chacune des références alignées. La circulaire signale aussi les lois, plus nombreuses que les premières, qui n’ont pas été reprises intégralement dans le code [4]. Par ailleurs, une précision spécifique, liée à la mise en perspective de la notion de "droit constant", est insérée dans la circulaire. Elle concerne les "erreurs matérielles" - qui ont été corrigées tardivement -, ces erreurs portant sur les enquêtes administratives préalables à l’admission dans la réserve civile de la police nationale et les traitements automatisés de données à caractère personnel...

Les énumérations retracent le souhait du gouvernement d’effacer l’ensemble du corpus juridique antérieur. Le rassemblement des dispositifs relatifs à la sécurité intérieure dans ce seul code paraitrait indispensable non pas tant pour assurer de la lisibilité des normes par les citoyens que pour donner aux acteurs de la sécurité des moyens pour justifier leurs activités. Or, dans un climat mettant toujours la question sécuritaire au centre des actions publiques, un tel code reste indéfiniment inachevé. Ainsi, le ministre signale-t-il que la loi n° 2012-304 du 6 mars 2012 relative à l’établissement d’un contrôle des armes moderne, simplifié et préventif n’a pas pu être intégrée au Code, l’ordonnance datant du 12 mars... mais qu’elle le sera prochainement.

Par la suite, alors même que le Code de la sécurité intérieure aurait été élaboré "à droit constant", le ministre a pensé utile de rendre compte, dans le deuxième paragraphe de la circulaire du 30 mars 2012, des conséquences de son entrée en vigueur en insistant sur la problématique de l’abrogation des lois désormais codifiées. Le ministre s’inquiète ainsi du fait que la rédaction de la partie réglementaire n’est pas achevée ; il est ainsi conduit à invoquer l’article 20 de l’ordonnance n° 2012-351 du 12 mars 2012 qui prévoit que l’abrogation de certaines des dispositions citées « ne prendra effet qu’à compter de la publication des dispositions réglementaires correspondantes du code de la sécurité intérieure » [5].

 

Le ministre de l’intérieur semble cependant regretter que la matière de la sécurité publique ne relève pas exclusivement de ce nouveau code. En effet, il s’attache à signaler quels sont les autres codes contenant des dispositions en relevant. Il cite ainsi le Code des communes, le Code général des collectivités territoriales, le Code de la construction et de l’habitation, le Code du travail, le Code des transports, et,évidemment,le Code de la défense, le Code pénal, et le Code de procédure pénale. La liste présentée des codes intégrant quelques données relatives à la sécurité intérieure n’est certainement pas complète ; elle s’appuie principalement sur les renvois qui ont été insérés du Code de la sécurité intérieure vers ces autres codes. L’absence de toute mention du Code de la santé publique ou du Code des douanes pourrait surprendre, mais les renvois sont limités.

Sans doute sont-ce les codes ici cités qui exigeraient le plus de précaution dans le maniement des combinaisons de normes puisque justement des renvois ont été opérés, mais le ministre omet de rappeler les principes d’un État de droit, d’un État soumis au droit, de rappeler qu’un code ne forme qu’une partie des normes applicables à une matière donnée, que les principes constitutionnels, les normes internationales, d’autres textes législatifs, doivent tout autant être scrupuleusement respectés.

 

En fait, cette circulaire a principalement pour objet de prévenir, rappeler, signaler, explicitement, que la date de l’entrée en vigueur du Code de la sécurité intérieure est le 1er mai 2012... Donc dès ce jour, les visas, les appuis, les références pour toute action publique en matière de sécurité intérieure doivent citer les articles correspondants de ce code.

La fonction du Code de la sécurité antérieure n’étant pas encore entrée dans les moeurs, il est demandé toutefois aux agents de mentionner à la fois le texte antérieur et le texte nouveau. La formule à utiliser, jusqu’au 1er juillet 2012, est ainsi allongée : l’article ... de la loi n°... du .... devenu article ... du Code... [6].

 

Il fallait bien une circulaire pour le dire !!

Notes :

[1] NB : la circulaire du 30 mars 2012 relative à l’entrée en vigueur de la partie législative du code de sécurité intérieure est placée dans la catégorie : "Directives adressées par le ministre aux services chargés de leur application, sous réserve, le cas échéant, de l’examen particulier des situations individuelles" ; elle s’entend aussi bien d’une "instruction aux service déconcentrés" que d’une "instruction du Gouvernement".

[2] NB : La loi de ratification n’a pas encore été votée. Ce code n’est pas encore inséré dans la liste des codes consultables sur Legifrance. Mais, au vu des perspectives ouvertes par la circulaire, le sera-t-il au 1er mai 2012 ?

[3] le plan détaillé du Code est donné en annexe 1.

[4] V. Gk, « Etat d’un Code de la sécurité intérieure... ».

[5] C’est le cas pour : « - 1° L’article 33-4 de la loi n° 83-629 du 12 juillet 1983 réglementant les activités privées de sécurité ; 2° Le septième alinéa de l’article 23-1 de la loi n° 95-73 du 21 janvier 1995 d’orientation et de programmation relative à la sécurité. Jusqu’à son abrogation, cet alinéa est ainsi rédigé : "Est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe le fait d’organiser un rassemblement mentionné à l’article L. 211-5 du code de la sécurité intérieure sans déclaration préalable ou en violation d’une interdiction prononcée par le représentant de l’Etat ou, à Paris, par le préfet de police. Le tribunal peut prononcer la confiscation du matériel saisi." ; 3° Le troisième alinéa de l’article 4-1 de la loi n° 2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure. Jusqu’à son abrogation, cet alinéa est ainsi rédigé : "Le manquement aux obligations définies à l’article L. 411-8 du code de la sécurité intérieure, hors le cas de force majeure, est puni des peines applicables aux contraventions de la cinquième classe." ».

[6] Les tables de concordance ont été établies - annexe 2 -, comme ce fut le cas pour tous les autres codes nés des processus de codification "à droit constant".

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

Carte judiciaire : service public-usagers / justice-justiciables
Service public et liberté de participation à un mouvement de grève
Droit de l’éducation L’interdiction de l’école buissonnière...
Droit de l’éducation Instruction civique, éducation morale : esprit de contradiction
La « dangerosité » de la rétention de sûreté
Une « carte universitaire » : fin des antennes délocalisées ?
Droit de la fonction publique Une charte des « valeurs » de la fonction publique ?!
Droit du service public A la recherche d’un cadre juridique pour les services sociaux d’intérêt général…
Droit de la fonction publique La pente de la restructuration de/des service/s
Encore plus de décrets, plus vite !
Vers un "bloque-blog" ?
Les enseignants-chercheurs « au Rapport ! »
Droit de la fonction publique Des concours calculés à partir des souhaits des employeurs
Vers une carte des stations de CNI - Passeport
Le nouveau pistolet des agents de police municipaux
Avancée vers un statut du blog en Europe
Bandeaux en survol : les 50 ans d’une Vème République
Des services de ’promotion’ de la santé à l’Université...
Le blog : sujet sensible, enjeux importants
Droit de la fonction publique Une "charte pour la promotion de l’égalité"
Des célébrations mémorielles, une mémoire partagée
Vers une action publique intégrée en Afrique ? Le cas de l’OHADA
Droit constitutionnel Une notion de "parti politique" à réviser
La « carte » des quartiers ... de police
Droit des fonctions publiques La mobilité au service d’un « Etat-Entreprise »
Alerte à la grippe porcine : réactiver la prévention et la lutte "pandémie grippale"
La demande de (re)tenue. La geste de la violence policière...
Artifices d’une prétendue simplification
Droit de la fonction publique Les "indemnités de départ volontaire" dans l’Education nationale
Vers un Drôle d’en-Droit... La notion de ’vie privée’ au détour d’un rapport parlementaire
Diffractions du vocabulaire juridique
Quand le service public se ’personnalise’...
Droit de la fonction publique Parcours-mobilité pour l’été 2009
Orientations industrielles et commerciales du SIV (immatriculations des véhicules)
Proxima mobile ? prix maxima plausibles.
Droit de réponse Principes et enjeux du développement du portail Proxima mobile
Face à la pandémie grippale, la continuité d’abord.
Droit de la fonction publique Une nouvelle atteinte fondamentale à la Fonction publique, la loi du 3 août 2009.
Droit de l’éducation L’assiduité aux cours entre l’e-change et le chant-âge.
Ton portable, tu n’utiliseras pas...
Droit de l’éducation Sécuriser l’école ou scolariser la sécurité ?
Actualisation des fichiers au ministère de l’imm...
Des livrets délivrés aux jeunes...
Droit de l’éducation Vers une école en « quartier de haute surveillance » ?
Référentiel de sécurité et prestataires de confiance pour échanges électroniques administratifs
For intérieur et prise de conscience contre devoir de réserve
Des "cadres dirigeants" de l’Etat...
Administrés consommateurs de service public ou de droits ?
Droits civiques : voter dès le premier tour...
Citoyens volontaires en ’service civique’...
L’UE joue l’air numérique ...
Simplicité, modestie, économie. Apparats d’un Etat sans fastes
Simplicité, modestie, économie. Affichage des apparats d’un Etat sans fastes
Les beaux-arts du renseignement
Droit de l’éducation Cahier de textes numérique : des colles en ligne
Les fichiers des jeux en jeu
Rhapsodie en localisation marine...
Nouveau "référent" : un "référent national" pour un fichier
Sections du CESE remaniées
Poreux qui, comme Ulysse… (fichier des déplacements professionnels)
Cours. Administration territoriale Que fait la police ?
Vers un défenseur des droits... de l’administration ?
Réponses aux questions. « Un Défenseur des droits... face à l’administration, seulement ».
Encore un fichier "secret" ! La gestion de l’information et la prévention des atteintes à la sécurité publique...
Affaires juridiques dans les ministères.
Ficher la population... un évènement majeur ?!
Fonction Publique. "Ils ne mouraient pas tous......." (1.)
Fonction Publique. "Ils ne mouraient pas tous......." (2.)
Visionnage ? Un mot pour cacher les images enregistrées
Circulaires à diffusion restreinte qui ne sont pas sans conséquences...
Aux armes, gardiens et surveillants des cités !
Au dernier Journal officiel de l’année 2011...
Indices d’un passage de l’administration électronique à l’administration numérique...
Parrainages et candidatures à la Présidence de la République
Expérimentations des contrôles des arrêts maladie... en fonctions publiques
Consignes aux bureaux de vote. Election aux 21/22 avril et 5/6 mai 2012 ...
Le fichier Game 2010 ... aux divers enjeux.
Des produits et des marques pour des éditions dites publiques
La circulaire du Code de la sécurité intérieure.
Gouvernement en charte de... "déontologie" ?
Le rappel de la jurisprudence dans une circulaire...
Dracar et Téléc@rtepro sous le regard du Conseil national des activités privées de sécurité.
- Tenues vestimentaires des élèves sous contrôle ?
Les services de proximité primés des débits de tabac.
ANTAI - Site du PV électronique ou "téléservice" ?
Quid du fonctionnaire ?
"RIE", service à compétence nationale sous MAP.
La grille de la MAP...
La fenêtre étroite du traitement GIDE
Projections autour de la notion de "démocratie sociale"...
Simplifier ? Effacer les circulaires et notes caduques...
L’interdit de fumer aux terrasses de café en questions circulaires...
DIMAP : Suppression du service "projets". Disparition de la distinction entre services "collectivités", "particuliers", entreprises".
L’ouverture de la consultation de certains fichiers aux agents de la mission "délivrance sécurisée des titres".
Assimiler les valeurs essentielles de la société française et l’égalité "femme-homme"...
Vers une valorisation des activités de recherches dans l’administration ?
La géolocalisation, un ’moyen technique’ pour des investigations...
SIC d’Etat, service public ferroviaire, armement... Bribes d’informations juridiques de début du mois d’août 2014
Des services de renseignement territorial ....

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
19 avril 2012
Statistiques de l'article :
4476 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 1908 (1255258)