L’accès à l’enseignement supérieur au Brésil : "Lei de Cotas Sociais"

Le 30 août 2012, par Geneviève Koubi,

Le débat sur l’institution de quotas raciaux et sociaux à l’université au Brésil a-t-il trouvé son épilogue ? Seulement provisoirement. Et sur un seul terrain.

.

Mené depuis une dizaine d’années, le débat sur la discrimination raciale et l’inégalité raciale dans ce pays, assis sur une lecture croisée entre les jeux d’une idée d’égalité nuancée et la dynamique de la reconnaissance mitigée des droits des minorités se verrait maintenant clos par la promulgation d’une loi dont l’intitulé est : Lei de Cotas Sociais. Non pas !

Bien que contestée par un certain nombre d’étudiants [1], cette loi - dont la constitutionnalité pourrait encore faire l’objet de polémiques - n’affiche pas directement, en son intitulé, son caractère racialisant. Toutefois, en termes politiques, un déplacement du débat sur les discriminations raciales persistantes vers les problématiques sociales de l’accès à l’éducation peut être décelé. Ce qui est présenté au cœur du projet concerne ainsi l’accès à l’enseignement supérieur public brésilien.

.

Les politiques d’action positive répondent en fait au projet démocratique constitutionnel. La Constitution de la République fédérative du Brésil de 1988 a en effet pour objectifs fondamentaux de construire une "société libre, juste et solidaire" et ainsi "d’éradiquer la pauvreté, de lutter contre les exclusions et de remédier aux inégalités sociales et aux déséquilibres régionaux [2]. Le principe d’égalité n’y est pas strictement exposé sinon, outre le rappel de l’égalité des hommes et des femmes, sous sa forme atténuée d’un principe de non-discrimination [3].

Ainsi, le 26 avril 2012, la Cour suprême du Brésil en avait approuvé l’idée ; elle avait, à l’unanimité, admis que puissent être adoptées des mesures relevant de politiques de quotas raciaux, sous le couvert de quotas sociaux, dans les établissements d’enseignement supérieur. Dès lors, les universités pouvaient ainsi légalement "consacrer un certain pourcentage de places pour les étudiants d’origine africaine et / ou indigènes".

.

Promulguée ce mercredi 29 août 2012 [4], la Lei de Cotas Sociais réserve la moitié des places dans les universités fédérales aux étudiants venant des écoles publiques et donne la priorité aux noirs, métis et indiens : « A lei prevê que as universidades públicas federais e os institutos técnicos federais reservem, no mínimo, 50% das vagas para estudantes que tenham cursado todo o ensino médio em escolas da rede pública, com distribuição das vagas entre negros, pardos ou indígenas. » [5]. La question sociale proprement dite, pourtant essentielle, n’est pas celle retenue. De ce fait, la mesure apparaît fondamentalement politique.

Pour les pouvoir publics brésiliens, la démocratisation de l’accès à l’université repose sur ces distinctions controversées qui accentuent la différenciation raciale au détriment de la prise en considération de la situation économique et sociale [6]. Les aspects les plus criants des inégalités dans l’accès aux études supérieures relèvent pourtant principalement de telles problématiques. Le ministre de l’éducation du Brésil a toutefois affirmé que le mécanisme préférentiel prévu par la loi a pour objectif de promouvoir l’insertion sociale et la qualité de l’enseignement supérieur public. « Ela falou que temos dois grandes desafios : um é o da inclusão, para permitir que um maior número de estudantes possa acessar a universidades. O outro é a meritocracia, a excelência das universidades. Os dois critérios têm que estar presentes na implantação dessa política ».

Aussi est-il signifié que l’application de cette loi est quasi-immédiate [7] - nonobstant le fait que certaines des universités fédérales avaient déjà mis en place de tels mécanismes et que doivent être redéfinis des coefficients permettant la sélection des étudiantes qui pourraient intégrer en bénéficier dès cette année.

Cependant, quelques questionnements interfèrent : les premiers concernent les conditions d’application de la loi pour les personnes concernées : avoir fait ses études secondaires dans des écoles publiques et être considérés comme relevant de catégories racialisantes données (Noir, Métis ou Indien) ; les seconds exigent de comprendre comment les calculs démographiques peuvent être réalisés : le nombre de places réservées doit ainsi être proportionnel à la composition de la population de chaque État du Brésil. Les techniques de recensement des populations acquièrent ainsi une autre dimension...

.

Notes :

[1] V. aussi, sur le blog d’un journaliste brésilien : Cotas raciais : contra e a favor.

[2] Art. 3° - Titre I : « Constituem objetivos fundamentais da República Federativa do Brasil : /I - construir uma sociedade livre, justa e solidária ; /II - garantir o desenvolvimento nacional ; / III - erradicar a pobreza e a marginalização e reduzir as desigualdades sociais e regionais ; /IV - promover o bem de todos, sem preconceitos de origem, raça, sexo, cor, idade e quaisquer outras formas de discriminação. »

[3] Art. 5 (longue énumération) Titre 2 (Dos Direitos e Garantias Fundamentais), chap. 1.

[4] V. Luana Lourenço : « Dilma sanciona Lei de Cotas e veta apenas artigo que criava mecanismo de seleção », Agência Brasil.

[5] Luana Lourenço, op. cit.

[6] Ce, en dépit même du fait que de telles politiques de quotas n’ont pas générées d’effets positifs suffisamment assurés, les États-Unis en sont d’ailleurs revenus...

[7] V. Amanda Cieglinski : « Lei de cotas em universidades já valerá para quem fizer Enem em 2012  », Agência Brasil.

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

A la recherche des « droits culturels » (I)
Des droits culturels ? Des droits de l’homme ! (II)
Droits culturels entre droits de l’homme et droits des peuples (III)
Le terme de l’enrichissement de la langue française...
Droits culturels ? Impasses. (IV)
Droit de l’éducation Art de l’enseignement des arts
Détour vers la Révolution citoyenne en Equateur
Le multilinguisme européen à l’épreuve de la traduction
A l’an neuf, 50 ans après la Révolution cubaine
Droits culturels et droit des minorités
Bolivie : La Constitution d’un Etat unitaire plurinational
Langue française : des "mots pour demain" ?
La suppression des "structures publiques inutiles"...
Uniformes pour un "garde-à-vous" !
Droit de la fonction publique Dates des célébrations religieuses pour ’autorisation d’absence’ en 2010
Droit de l’éducation Parcours culturel au lycée
Dilution de l’édition publique
Kenya : Promulgation de la Constitution au 27 août 2010
Droit de l’éducation Lycée et cinéma : la forme plate du "ciné-lycée"
Droit de l’éducation Une priorité nationale : « savoir nager ! »
Externalisation de la conservation des archives
Apprendre à nager, savoir nager... à l’école.
« Bien manger dans ma petite cantine... »
Le fleurissement des écoles...
Colloque : "Plagiat de la recherche", Paris II-CERSA, 20 et 21 oct. 2011.
Vous pensiez ? et bien, « chantez maintenant ! »
En mars 2012, la Semaine de la presse et des médias dans l’école.
Journée d’étude, 18 novembre 2011, Nanterre : « Services publics en Russie. Comparaisons »
Droit des étrangers : dématérialisation des dossiers et versement aux archives
Le FLI® en référentiel peu accessible...
Privilégier "Madame" et "Nom d’usage" ...
- Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP)
Affiche d’Art-image du fumeur...
La lecture numérique au fil du logiciel imposé...
Communicabilité des registres ou fiches d’écrou et fiches pénales...
L’accès à l’enseignement supérieur au Brésil : "Lei de Cotas Sociais"
Droit d’auteur et oeuvre d’art en termes de "restauration".
Lustre des Illustres dans des maisons.
- Epilogue d’une histoire de restitution "enTÊTanTE"...
En hommage à Aimé Césaire, une résolution ... officielle.
Les services dits de ˮcoffre-fort numérique ou électroniqueˮ devant la CNIL
Des vocables inchangés entre CIMAP et RGPP
Le programme parlementaire ’avant’ les opérations électorales de mars 2014
Une ordonnance pour une réforme du droit des contrats ?!!
Un label de redressement productif associant éducation et marché...
- Questions en surplomb du fichier des interdits de gérer
« Tu ne dé-jeûneras point ! ». Quelques propos relatifs à la Constitution tunisienne et à la répression des jeûneurs.
Le lettré et Le bureaucrate ou l’Administration en flagrant délire
Repères aux JO du 1er au 15 août 2016
Capture de textes au Journal officiel pour une fin de semaine avant la rentrée…
Un service public de la donnée ... publique ?
Ecole : Journée anniversaire.... d’une séparation entre Eglises et Etat
Les chorales plus que le chant choral à l’école
Justice : Lieu des faits, critère prioritaire pour la compétence des ressorts

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
30 août 2012
Statistiques de l'article :
13 visiteurs aujourd'hui
7429 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4318 (3322463)