Lustre des Illustres dans des maisons. Circ. n° 2012/016, 7 déc. 2012, Label - Maisons des Illustres.

Le 18 décembre 2012, par Geneviève Koubi,

Le ministère de la Culture et de la Communication avait, dès 2011, institué un label : "Maisons des Illustres". La liste par région des Maisons des Illustres labellisées par le ministère [1] permet ainsi de repérer les lieux dans lesquels des femmes et des hommes ’illustres’ ont vécu... longtemps.

Parce que ces femmes et hommes « se sont illustrés dans l’histoire politique, sociale et culturelle de la France », il s’agit par ce label Maisons des Illustres, de conserver et de transmettre la mémoire de leur existence, de leurs œuvres, de leur combats, de leurs convictions, en ces endroits - qui ne sont pas nécessairement désormais inhabités - qu’ils continuent donc de hanter par delà l’histoire, par delà leur histoire...

Le décret n° 2011-1903 du 19 décembre 2011 relatif aux aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine est peut-être un des moyens de légitimation de cette institution d’un label inventé pour que les maisons ayant abrité des hommes et des femmes ’illustres’ ne disparaissent pas du paysage ou pour qu’elles soient remarquées dans le paysage urbain. En fait, c’est en parallèle avec le projet, enfin abandonné, de la création d’un Musée de France que cette idée de labellisation des maisons dans lesquelles ont travaillé ces femmes et ces hommes a été émise. On aurait pu croire que les procédures attachées à l’attribution d’un tel label seraient délaissées. Mais parce que la distinction peut plaire à certains et parce qu’elle n’entraîne pas de dépenses publiques importantes, il n’y avait pas de raison de les supprimer.

L’institution de ce label forme ainsi l’objet de la circulaire du 7 décembre 2012 adressée, par le ministre, aux préfets de région.

Les maisons-musées, les maisons-archives, les maisons-création, les maisons-résidence d’écrivains, de peintres ou de comédiens sont ainsi désignées sous l’effet d’un label destiné à « dessiner un réseau de lieux de mémoire essentiels pour la compréhension de (l’)histoire et du rôle joué en France par les acteurs politiques, artistiques, littéraires, spirituels et scientifiques. » L’apposition d’une plaque portant logotype de ce label doit alors attirer l’attention du promeneur...

Les propriétés qui pourraient prétendre à la labellisation doivent "avoir été habitée(s) par une personne illustre" [2] et "en avoir conservé une mémoire" [3] ; elles doivent être ouvertes au public au moins 40 jours par an [4] ; cette pieuse conservation et cette ouverture ne doivent pas receler de motivations strictement commerciales. De fait, les conditions d’attribution du label ne sont pas sans soulever certaines questions que la circulaire effleure mais ne résout pas. Par exemple, comment qualifier une personne "illustre" ? Certes, la liste des Maisons des Illustres labellisées peut constituer une des bases de la réflexion mais telle qu’elle se trouve constituée elle laisse persister une certaine méfiance... notamment quant aux choix des hommes politiques ainsi honorés [5].

Notes :

[1] Laquelle n’est pas à jour, en ce 17 décembre 2012, sur le site, en dépit de l’annonce faite dans la circulaire du 7 décembre 2012 relative à l’institution du label "Maisons des Illustres".

[2] La circulaire du 7 décembre 2012 propose comme critère de cette qualité "l’aura, nationale comme locale, du personnage"...

[3] Par quels biais ? Objets, tableaux, livres, bibelots ?

[4] Si, dans un dossier de demande d’attribution du label, le "plus" est de permettre l’accès aux personnes handicapées, comment concevoir l’accessibilité aux lieux distingués comme "authentiques" sans opérer certaines modifications ?

[5] Et donc, en la matière, peu de femmes... comme par ailleurs, en d’autres domaines.

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

A la recherche des « droits culturels » (I)
Des droits culturels ? Des droits de l’homme ! (II)
Droits culturels entre droits de l’homme et droits des peuples (III)
Le terme de l’enrichissement de la langue française...
Droits culturels ? Impasses. (IV)
Droit de l’éducation Art de l’enseignement des arts
Détour vers la Révolution citoyenne en Equateur
Le multilinguisme européen à l’épreuve de la traduction
A l’an neuf, 50 ans après la Révolution cubaine
Droits culturels et droit des minorités
Bolivie : La Constitution d’un Etat unitaire plurinational
Langue française : des "mots pour demain" ?
La suppression des "structures publiques inutiles"...
Uniformes pour un "garde-à-vous" !
Droit de la fonction publique Dates des célébrations religieuses pour ’autorisation d’absence’ en 2010
Droit de l’éducation Parcours culturel au lycée
Dilution de l’édition publique
Kenya : Promulgation de la Constitution au 27 août 2010
Droit de l’éducation Lycée et cinéma : la forme plate du "ciné-lycée"
Droit de l’éducation Une priorité nationale : « savoir nager ! »
Externalisation de la conservation des archives
Apprendre à nager, savoir nager... à l’école.
« Bien manger dans ma petite cantine... »
Le fleurissement des écoles...
Colloque : "Plagiat de la recherche", Paris II-CERSA, 20 et 21 oct. 2011.
Vous pensiez ? et bien, « chantez maintenant ! »
En mars 2012, la Semaine de la presse et des médias dans l’école.
Journée d’étude, 18 novembre 2011, Nanterre : « Services publics en Russie. Comparaisons »
Droit des étrangers : dématérialisation des dossiers et versement aux archives
Le FLI® en référentiel peu accessible...
Privilégier "Madame" et "Nom d’usage" ...
- Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP)
Affiche d’Art-image du fumeur...
La lecture numérique au fil du logiciel imposé...
Communicabilité des registres ou fiches d’écrou et fiches pénales...
L’accès à l’enseignement supérieur au Brésil : "Lei de Cotas Sociais"
Droit d’auteur et oeuvre d’art en termes de "restauration".
Lustre des Illustres dans des maisons.
- Epilogue d’une histoire de restitution "enTÊTanTE"...
En hommage à Aimé Césaire, une résolution ... officielle.
Les services dits de ˮcoffre-fort numérique ou électroniqueˮ devant la CNIL
Des vocables inchangés entre CIMAP et RGPP
Le programme parlementaire ’avant’ les opérations électorales de mars 2014
Une ordonnance pour une réforme du droit des contrats ?!!
Un label de redressement productif associant éducation et marché...
- Questions en surplomb du fichier des interdits de gérer
« Tu ne dé-jeûneras point ! ». Quelques propos relatifs à la Constitution tunisienne et à la répression des jeûneurs.
Le lettré et Le bureaucrate ou l’Administration en flagrant délire
Repères aux JO du 1er au 15 août 2016
Capture de textes au Journal officiel pour une fin de semaine avant la rentrée…
Un service public de la donnée ... publique ?
Ecole : Journée anniversaire.... d’une séparation entre Eglises et Etat
Les chorales plus que le chant choral à l’école
Justice : Lieu des faits, critère prioritaire pour la compétence des ressorts

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
18 décembre 2012
Statistiques de l'article :
9 visiteurs aujourd'hui
6902 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4192 (3149189)