La gestion du "dépôt" des palais de justice... Arr. 4 févr. 2013, traitements de données à caractère personnel : "gestion du dépôt".

Le 2 mars 2013, par Geneviève Koubi,

Un arrêté du 4 février 2013 portant autorisation de traitement de données à caractère personnel dénommé "gestion du dépôt" prévoit que ce traitement a pour finalité « d’assurer la gestion administrative des personnes déférées ou gardées à vue et placées sous la surveillance des fonctionnaires de la police nationale ou militaires de la gendarmerie nationale dans les dépôts des palais de justice ; - de permettre le suivi comptable de ces missions. » (art. 1) Cet arrêté constitue "un acte réglementaire unique", les traitements mis en œuvre localement devront être déclarés auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL).

.

- La notion de "dépôt" mériterait quelques éclaircissements. Compris comme la "prison interne d’un palais de justice", le dépôt n’est pas le lieu classique des gardes à vue. Dans ses visas, l’arrêté renvoie néanmoins logiquement à quelques articles du Code de procédure pénale (CPPP) justement relatifs à la garde à vue. Les deux articles du CPP cités explicitement sont l’article 63-6 et l’article 803-3.

Les deux premiers alinéas de l’article 63-6 disposent : « Les mesures de sécurité ayant pour objet de s’assurer que la personne gardée à vue ne détient aucun objet dangereux pour elle-même ou pour autrui sont définies par arrêté de l’autorité ministérielle compétente. Elles ne peuvent consister en une fouille intégrale. La personne gardée à vue dispose, au cours de son audition, des objets dont le port ou la détention sont nécessaires au respect de sa dignité. »

L’article 803-3 évoque une dérogation aux dispositions de l’article 803-2 [1] suivant laquelle « la personne peut comparaître le jour suivant et peut être retenue à cette fin dans des locaux de la juridiction spécialement aménagés, à la condition que cette comparution intervienne au plus tard dans un délai de vingt heures à compter de l’heure à laquelle la garde à vue a été levée, à défaut de quoi l’intéressé est immédiatement remis en liberté. / Le magistrat devant lequel l’intéressé est appelé à comparaître est informé sans délai de l’arrivée de la personne déférée dans les locaux de la juridiction. » (al. 1 et 2) C’est bien la qualité du "lieu" dans lequel la personne est gardée à vue qui circonscrit la notion de "dépôt". Ce même article précise que « lorsqu’il est fait application des dispositions du présent article, la personne doit avoir la possibilité de s’alimenter et, à sa demande, de faire prévenir par téléphone une des personnes visées à l’article 63-2, d’être examinée par un médecin désigné conformément aux dispositions de l’article 63-3 et de s’entretenir, à tout moment, avec un avocat désigné par elle ou commis d’office à sa demande, selon les modalités prévues par l’article 63-3-1. L’avocat peut demander à consulter le dossier de la procédure. » (al. 4) [2] Dès lors, en tant que la garde à vue concernée n’excède pas 72 heures (al. 6), « l’identité des personnes retenues en application des dispositions du premier alinéa, leurs heures d’arrivée et de conduite devant le magistrat ainsi que l’application des dispositions du quatrième alinéa font l’objet d’une mention dans un registre spécial tenu à cet effet dans le local où ces personnes sont retenues et qui est surveillé, sous le contrôle du procureur de la République, par des fonctionnaires de la police nationale ou des militaires de la gendarmerie nationale. » (al. 5)

.

- Ainsi que le remarquait la CNIL, dans sa délibération n° 2012-433 du 6 décembre 2012 portant avis sur un projet d’arrêté portant autorisation de traitements de données à caractère personnel dénommés "gestion du dépôt" (GIDEP), « ces traitements porteront sur l’ensemble des personnes gardées à vue au dépôt ou déférées, y compris les personnes mineures, et non pas exclusivement sur celles qui sont déférées pour la journée judiciaire du lendemain et pour lesquelles la conduite au dépôt s’effectue la veille ».

La CNIL relevait également certains des effets de la gestion informatisée du "dépôt", la gestion informatisée ne s’entendant que dans la sphère administrative, le suivi comptable n’étant alors qu’un élément accessoire. Trois aspects sont signalés à ce propos : « le pointage, c’est-à-dire le suivi des mouvements de la personne entre le dépôt et ses convocations, les écrous, c’est-à-dire l’enregistrement des renseignements relatifs à la procédure judiciaire de l’individu, et la fouille, permettant quant à elle de dresser l’inventaire des effets personnels des personnes concernées. »

La CNIL invitait alors le ministère « à modifier les visas du projet d’arrêté en ce sens, afin de mentionner également l’article 803-2 du code de procédure pénale relatif aux personnes déférées à l’issue de la garde à vue et qui doivent comparaître le jour même ». Ce qui n’a pas été fait. Ce qui laisse supposer une extension possible du champ d’application des traitements automatisés ’autorisés’.

.

- Les données à caractère personnel et informations enregistrées dans ce fichier de gestion informatisée sont : - nom, prénoms, alias, date et lieu de naissance, sexe, adresse de la personne placée au dépôt ; - informations relatives aux infractions et à l’enquête, nature de la décision à l’origine du placement au dépôt, mesures de sécurité ; - identités et coordonnées des personnes avisées (médecin, avocat, famille, employeur) [3].

Peuvent aussi être enregistrés : numéros d’identification, grade, nom, prénom, unité d’affectation ou d’emploi des fonctionnaires de police ou militaires de la gendarmerie nationale sous la responsabilité desquels la personne est placée au dépôt. (art. 2)

Les données relatives aux mouvements de garde à vue ou du déféré étant donc enregistrées dans le traitement au même titre que les données relatives à la procédure judiciaire, pour empêcher toute dérive dans l’alimentation du fichier, la CNIL, dans cet avis n° 2012-433 du 6 décembre 2012, met en garde le ministère en rappelant ces traitements « ne pourront faire apparaître des données dites "sensibles". Ainsi, seule l’information selon laquelle un médecin à été contacté pourra apparaître, à l’exclusion par exemple de tout constat ou diagnostic effectué par la personne surveillante ; de même, les informations relatives au repas ne doivent pas avoir pour conséquence de faire apparaître les opinions religieuses des personnes concernées. »

.

- Pour ce qui concerne la consultation ou l’exploitation des données, la notion de "besoin d’en connaître" est réitérée et semble, au vu du développement d’une administration conceptrice et fabricatrice de fichiers multiconnectés, en devenir le pivot en tous domaines.

Ainsi, d’une part, « ont seuls accès aux données et informations enregistrées, en fonction de leurs attributions et du besoin d’en connaître, les agents des services de la police nationale et les militaires des unités de la gendarmerie nationale chargés de l’encadrement et de la surveillance des personnes déférées ou gardées à vue dans les dépôts des palais de justice, individuellement désignés et spécialement habilités par leurs chefs des services. »

Et d’autre part, « peuvent être destinataires des données et informations enregistrées dans la limite de leurs attributions et du besoin d’en connaître : les officiers et agents de police judiciaire de la police et de la gendarmerie nationales, individuellement désignés par leurs chefs de service, pour les recherches relatives aux infractions dont ils ont à connaître ; l’association de politique criminelle appliquée et de réinsertion sociale (APCARS). » (art. 4) [4]

.

.

- Par ailleurs, la CNIL avait soulevé certaines questions auxquelles l’arrêté du 4 février 2013 ne répond pas : « L a commission relève que le dépôt du palais de justice de Paris connaît une situation particulière, qui a des conséquences sur le champ d’application du traitement GIDEP. En effet, certains locaux du palais de justice de Paris relèvent non seulement de la préfecture de police, mais également de l’administration pénitentiaire (la "Souricière", donc les locaux sont distincts). Inversement, la surveillance des personnes hospitalisées et placées dans des locaux différents du palais de justice (salle Cusco de l’Hôtel-Dieu) relève de la préfecture de police (compagnie de garde du dépôt du palais de justice de Paris). A cet égard, la pénitentiaire (la "Souricière", donc les locaux sont distincts). Inversement, la surveillance des personnes hospitalisées et placées dans des locaux différents du palais de justice (salle Cusco de l’Hôtel-Dieu) relève de la préfecture de police (compagnie de garde du dépôt de Paris). A cet égard, la commission prend acte que les données relatives aux détenus gardés à la "Souricière" ne seront pas enregistrées dans le traitement, à la différence des personnes déférées ou gardées à vue et placées, pour des raisons de santé, dans la salle Cusco de l’Hôtel-Dieu. Toutefois, en raison de contrainte technique, l’utilisation du traitement pour ces dernières personnes sera faite à partir du dépôt. »

Notes :

[1] Art. 803-2 CPP : « Toute personne ayant fait l’objet d’un défèrement à l’issue de sa garde à vue à la demande du procureur de la République comparaît le jour même devant ce magistrat ou, en cas d’ouverture d’une information, devant le juge d’instruction saisi de la procédure. Il en est de même si la personne est déférée devant le juge d’instruction à l’issue d’une garde à vue au cours d’une commission rogatoire, ou si la personne est conduite devant un magistrat en exécution d’un mandat d’amener ou d’arrêt »

[2] Et l’enregistrement des données concernant les personnes "avisées" et consultées se justifierait par la suite... nonobstant quelques réserves émises par la CNIL.

[3] NB : La CNIL considère que « les informations collectées à ce titre devraient être strictement limitées aux données nécessaires pour les contacter (numéro de téléphone ou de fax professionnels). »

[4] Sur ce dernier point, la CNIL estimait que « les unités éducatives auprès des tribunaux pour enfants (UEAT), qui dépendent de la protection judiciaire de le jeunesse et réalisent les enquêtes relatives aux mineurs déférés, devraient, au même titre, figurer parmi les destinataires. » Cela n’a pas été le cas.

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

Citer H. Marcuse pour dire les droits de l’homme
Les mirages de l’interdiction d’un référentiel ethno-racial…
Lutter contre la traite des êtres humains...
Distinguer entre droits individuels et droits collectifs
Droit et droit de résistance à l’oppression (I)
Droit de résistance à l’oppression et droit à l’insurrection (II)
Dans un monde où rien n’échappe à l’œil de la machine…
Droit de résistance à l’oppression et désobéissance civique (III)
La lettre annexée : retour à l’antienne de la « diversité »
Des droits sociaux dans une société mondialisée
Supprimer le mot « électronique » et ne pas écrire « biométrique »
Les droits des peuples face à la mondialisation
Pour un emploi, des "devoirs" plus que des "droits "
Droits de l’homme Recoins constitutionnels : le « Défenseur des droits »
Droits de l’homme Refondation des modes de nomination à la CNCDH
Le fichage des enfants continue...
Comprendre plus qu’apprendre la désobéissance...
Droit des étrangers Le critère de l’assiduité à la formation pour l’obtention du visa
La protection des données personnelles sous Hadopi
Sous l’habit du voyageur
Le retrait d’Edvige
L’évaluation du niveau de connaissance, par les étrangers, de la langue française et des valeurs de la République
Les fichiers de police en attendant EDVIRSP
Label "diversité". La promotion de la discrimination active
Droit(s) et Colonisation(s) Distinguer entre peuples colonisés et peuples indigènes
La formation aux valeurs d’une République...
Vers une organisation des Nations-Unies indigènes et autochtones
"Presse en ligne". Modération des commentaires ?
V’là le Sal-Vac, le sac à VAC (Violence Associée au Crime)
Engeance d’agence des fichiers en Europe
Droit de l’éducation Aller à l’école sans "coiffe" de couleur religieuse
Un Défenseur des droits compact
Remplacer EDVIGE, éviter EDVIRSP : fichiers de prévention de la sécurité publique...
La protection de l’enfance, des droits à protection en déclin ?
Naître, n’être pas... Français ?!
A propos des « pays d’origine sûrs » de l’OFPRA…
Droit des étrangers Codification du « fichier des non-admis » (FNAD)
Un "NON" à la réécriture du Code de procédure pénale...
Obligation de travaux à la charge du locataire...
Veillez à ôter ce voile en sortant…
Droit et diversité culturelle La diversité à l’aune de l’argent versé
La "recherche" dans le « fichier des personnes recherchées »
Les fichiers BIOAP, le suivi de circulation en prison
VISABIO : des prestataires "à titre expérimental"
Droit de l’éducation Diplômes du Saint-Siège équivalents aux diplômes d’Etat
Accumulation inutile des rapports sur la "diversité"
L’existence d’un "délit de solidarité" confirmée
Pays "sûrs"... pas si sûrs pour le Conseil d’Etat
Droit de l’éducation Droits et libertés dans les filets du lycée
L’Etat de la vidéoprotection...
Conséquences de la décision QPC sur l’article 7 du Code électoral par voie de circulaire...
Fichier PARAFE. Par affres ?
A la frontière entre le fichier et le service ? L’S en plus ou en moins.
De l’abri au logement, des mots sans actes
A visage découvert...
- Les mots "Défenseur des droits" pour effacer les autres...
Comment établir le PV de la ’dissimulation du visage’...
Sectes sous surveillance mesurée en sécurité
- Expérimentation : "un chez-soi d’abord" !
Transports collectifs de voyageurs : "Le billet tique !"
Eligible au programme PARAFE !?
Domesticité : la reconnaissance du droit du travail
Participation-dénonciation, un acte citoyen ?
Vers un fichier des "citoyens honnêtes"...
Résistance de la loi de 1905 à l’épreuve du temps et de l’intérêt public local...
Sanctions disciplinaires à l’épreuve des mesures de responsabilisation...
Contrôle de l’assimilation : à la recherche du défaut.
La consultation du FIJAIS pour l’encadrement des activités sportives et l’accueil des mineurs
Hospitalisation d’office, une hospitalisation sans consentement dite « de soins psychiatriques »
Discriminations au pluriel ? Une pluralité de questions.
Fichier de la fraude documentaire et l’usurpation d’identité
Au point de non-retour, quand dire c’est aussi se dédire...
Circulaire supplémentaire plus que complémentaire...
Une charte... Des droits et des devoirs "de" ou "du" citoyen français ?
Une circulaire de l’Intérieur relue par une dépêche de la Justice...
Le chant des SIRHEN...
- Exercice. Les différentes lectures d’un arrêt (à partir de CE ass., 11 avr. 2012, GISTI et FAPIL, n° 322326).
Sur les naturalisations, une circulaire si peu informative...
Etrangers d’une circulaire à l’autre...
Téléservice, le service dématérialisé de l’alternance ?
Pour le droit à la liberté de "prier autrement"...
Accompagnement des opérations d’évacuation des campements...
Des fichiers créés pour un passage du format papier au format numérisé.
Version à signer, version assignée de la Charte des droits et devoirs du citoyen devenu Français.
Carte nationale d’identité pour personnes détenues.
Des annuaires de crise en fichiers...
Des rives policières de Manche à Calais...
- Engagements sur démesures dans les centres pénitentaires.
Entrée au musée ... l’égalité dans la gratuité ?
Egalité professionnelle. Procédure et sanction "effectives" ?
AGDREF et VISABIO révisés pour RMV2 (réseau mondial visas)...
Emprise des empreintes génétiques : FNAEG, le fichier des mis en cause à mettre en cause.
La gestion du "dépôt" des palais de justice...
Pays d’origine "sûr" : tirer les conséquences d’une décision du Conseil d’État du 4 mars 2013.
Lutte contre l’immigration irrégulière. Des indicateurs sans chiffres ?
Remplacement du FPA par le SETRADER - Des combinaisons à repenser ?
Décrets PASP, GI-PASP. Précisions sur la donnée "origine géographique"..
- Adopter le mariage sans "altérité sexuelle" ... Et le réfléchir ?
Pauvreté en prison. Un travail entre aides et gratuité.
Un guide méthodologique ’interdirectionnel’ pour la surveillance électronique.
Le fichier ADONIS doublé par le téléservice SVAIR
- Un référendum d’initiative partagée... et non pas ’populaire’.
La "fiche de renseignements administratifs", un téléservice en procédure de fichage scolaire
Réduire les taux de non-recours aux droits sociaux ou améliorer l’accès aux droits sociaux ?
- Distinguer multiculturalisme et pluriculturalisme ? (Complément à un cours - I)
- Distinguer multiculturalisme et pluriculturalisme ? (Complément à un cours - II)
La télédéclaration ou l’auto-fichage au service de l’administration des sports.
Un logiciel pour des places d’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile.
La porte étroite du droit au compte bancaire...
Réaménager la mesure d’opposition à la sortie du territoire de l’enfant mineur....
Limiter les techniques biométriques ? (I. - Sénat)
GENESIS... une application logicielle détaillée pour remplacer GIDE
API-PNR France, le traitement automatisé de données à caractère personnel des passagers...
Centralisation des données d’interceptions judiciaires...
- Accroches vers l’exposé du principe de neutralité du service public
Hymnes nationaux. Le chant des circulaires...
Une "information" pour une circulaire masquée ?
Un livret du citoyen officiel introuvable à ce jour...
Au risque de la politique de renseignement...
Circonvolutions de la DPJJ pour (faire) appliquer le principe de neutralité...
-Entre le domaine de la loi et le domaine du règlement, les domaines du renseignement
Le fichier STADE suspendu...
Une loi d’état d’urgence "inconstitutionnelle" ?
Une déchéance de nationalité inadmissible dans un Etat de droit...
Recomposition du traitement automatisé de traces et empreintes digitales et palmaires...
Le "secret" rétabli pour un traitement automatisé de données à caractère personnel ...
Une question sociale en EXPLOC ?
Création de [places dans les] crèches à vocation d’insertion professionnelle
Le fichage de la population...
AAI : le Défenseur des droits perd l’étiquette constitutionnelle
Connaissances sur les maladies et les pays d’origine au prisme de sites web
Fichier TES : des réticences plus qu’une résistance à son institution
Le PNDS... parer au risque du non-recours aux droits ?
Outre-mer, des peuples autochtones de France ou en France ?

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
2 mars 2013
Statistiques de l'article :
15 visiteurs aujourd'hui
8247 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4192 (3149189)