mercredi 6 mars 2019

Certification professionnelle des doctorats, compétences des docteurs...

Lien hypertexte (référence, site à visiter...) : Arr. 22 févr. 2019, doctorat au répertoire national de la certification professionnelle

Parce qu’il existe un « répertoire national des certifications professionnelles est établi et actualisé par l’institution nationale dénommée France compétences », en prenant appui sur l’article L. 6113-1 du code du travail qui l’institue, a été publié au JO du 6 mars 2019 un arrêté en date du 22 février 2019 définissant les compétences des diplômés du doctorat et inscrivant le doctorat au répertoire national de la certification professionnelle.

Selon l’article L. 6113-1 du code du travail, « les certifications professionnelles enregistrées au répertoire national des certifications professionnelles permettent une validation des compétences et des connaissances acquises nécessaires à l’exercice d’activités professionnelles. Elles sont définies notamment par un référentiel d’activités qui décrit les situations de travail et les activités exercées, les métiers ou emplois visés, un référentiel de compétences qui identifie les compétences et les connaissances, y compris transversales, qui en découlent et un référentiel d’évaluation qui définit les critères et les modalités d’évaluation des acquis. [...] Les certifications professionnelles sont constituées de blocs de compétences, ensembles homogènes et cohérents de compétences contribuant à l’exercice autonome d’une activité professionnelle et pouvant être évaluées et validées. »

L’article 2 al. 1 de l’arrêté du 22 février 2019 dispose :« La délivrance du doctorat certifie la capacité à produire des connaissances scientifiques nouvelles de haut niveau ainsi que l’acquisition et la maîtrise de blocs de compétences communs à l’ensemble des docteurs et liés à leur formation par la recherche. » Il est renvoyé à l’annexe de l’arrêté pour la définition de ces blocs de compétences.

Pour tout (futur) doctorant, la lecture du contenu de ces blocs est indispensable. Ils sont au nombre de 6 :

Bloc 1 Conception et élaboration d’une démarche de recherche et développement, d’études et prospective ; Bloc 2 Mise en œuvre d’une démarche de recherche et développement, d’études et prospective ; Bloc 3 Valorisation et transfert des résultats d’une démarche R&D, d’études et prospective ; Bloc 4 Veille scientifique et technologique à l’échelle internationale ; Bloc 5 Formation et diffusion de la culture scientifique et technique ; Bloc 6 Encadrement d’équipes dédiées à des activités de recherche et développement, d’études et prospective.

La pensée fondamentale s’efface derrière la technologisation...

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 3106 (4268442)