vendredi 6 mars 2009

A l’école du développement durable

Lien hypertexte (référence, site à visiter...) : Circ. n° 2009-034 - 25 févr. 2009 - L’École agit ! Pour le développement durable.

Alors que les espoirs soulevés par le Grenelle de l’environnement coulent sous les demandes économiques et industrielles et sombrent au prétexte de la crise, une circulaire n° 2009-034 du 25 février 2009 intitulée « L’École agit ! Pour le développement durable » fait l’objet d’un encart au BOEN du 5 mars 2009. Pourtant, le programme initial était intitulé, ce que rappelle d’ailleurs ladite circulaire, « L’École agit ! Le Grenelle environnement à l’École »...

Présentée sous l’appellation de ’note de service’, cette circulaire est signée, comme bien d’autres, par le directeur général de l’enseignement scolaire, "pour le ministre de l’Éducation nationale et par délégation". Elle est adressée aux recteurs et inspecteurs d’académie et aux directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale. Elle aurait pu être une illustration de la fonction "pédagogique" attachée à des discours du droit si elle avait comporté des explications quant aux normes juridiques élaborées en matière du développement durable... De fait, même plusieurs fois répété en diverses sphères, le mot d’exemplarité (pour les modes de fonctionnement des administrations) — ou d’exemplaire — ne rend nullement compte de la qualité des mesures édictées en ce domaine.

La circulaire du 25 février 2009 révèle surtout une inquiétude quant au défaut de persuasion (ou de séduction) des discours tenus par les autorités publiques en matière d’environnement et de développement durable. La première phrase de cette circulaire-note retraduit cette incertitude ; elle effectue une liaison entre un présent déjà problématique et un avenir préoccupant : « L’éducation au développement durable est un des éléments essentiels de la formation des futurs citoyens ». La suite du paragraphe est à l’avenant : « Dans chaque académie, le comité de pilotage académique pour l’éducation au développement durable, ..., assure le relais des impulsions nationales ».

Ce n’est qu’en suivant les sujets surélevés au niveau national que l’école agit. L’édition 2008-2009 de cette opération propose ainsi aux établissements scolaires de construire des projets d’éducation au développement durable autour de thématiques précises : « I. Montagne, océan, ville ou campagne, préserver les espaces et les territoires ; II. Les écotechnologies au service d’une École qui agit ; III. L’établissement exemplaire ; IV. L’École agit pour une santé durable ; V. L’image au service de l’écodéveloppement ; VI. L’École agit pour de nouvelles pratiques solidaires ». Si aucun autre thème peut être travaillé, il est possible d’en croiser plusieurs.

Ces projets doivent « dans tous les cas trouver une concrétisation au cours de l’année scolaire 2008-2009 »... Il ne suffira donc pas d’aller ramasser les papiers traînant dans la cour de récréation ou de récolter les tickets de bus ou de métro lâchés sur le trottoir à la sortie des stations. En effet, « le projet d’éducation au développement durable doit être réalisable et susceptible d’être mis en oeuvre à l’échelon local, national, européen ou international ». Parce que les résultats "doivent" être performants, il peut être fait « appel à des partenariats extérieurs, notamment avec des associations agréées, des collectivités territoriales, des entreprises, des fondations d’entreprise, des services déconcentrés de l’État ou des établissements publics, etc. ». Peut-on en déduire que les écoliers et les collègiens mettent ainsi leur force de travail à la disposition de l’Etat ?

Le comité académique devra ensuite vérifier la pertinence et la faisabilité des propositions les plus innovantes...

Le calendrier a été fixé : - 30 avril 2009 : fin des dépôts des projets sur le site internet. - 15 mai 2009 : fin de la sélection de 10 projets au moins par chaque comité académique de l’éducation au développement durable. - Juin : Réunion du comité national de « l’École agit ! » ; sélection nationale de projets innovants. - Octobre : Réception des « lauréats » par le ministre....

.

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 1695 (5139970)