Droit de la fonction publique Les "indemnités de départ volontaire" dans l’Education nationale Circ. n° 2009-067 du 19 mai 2009 - indemnité de départ volontaire attribuée aux personnels de l’Éducation nationale

Le 28 mai 2009, par Geneviève Koubi,

A vos marques... Prêts.... Partez !

Tel pourrait être le slogan accompagnant la circulaire n° 2009-067 du 19 mai 2009 relative à l’indemnité de départ volontaire attribuée aux personnels de l’Éducation nationale (publiée au BOEN du 28 mai 2009).

.

Le décret n° 2008-368 du 17 avril 2008 instituant une indemnité de départ volontaire en constitue la principale référence.

.

L’indemnité de départ volontaire (I.D.V.) peut être attribuée aux fonctionnaires et aux agents non titulaires de droit public recrutés pour une durée indéterminée qui quittent définitivement la fonction publique de l’État à la suite d’une démission régulièrement acceptée. Elle constitue, selon cette circulaire, « l’un des outils financiers mis en place par les décrets du 17avril 2008 pour encourager la mobilité et la diversification des parcours professionnels : prime de restructuration et allocation d’aide à la mobilité du conjoint (décret n° 2008-366), compensation de perte de rémunération susceptible de résulter d’une opération de restructuration (décret n° 2008-367), indemnité temporaire de mobilité (décret n° 2008-369) ». La sortie de la fonction publique relève donc, selon cette présentation, non des "parcours professionnels" mais des formes de "mobilité" que la loi n’a pas encore instituées. Le fait que la "démission" est une des conditions de l’attribution de l’I.D.V. devrait pourtant susciter quelques réflexions sur ces schémas qui prétendent lier "sortie de la carrière" et "parcours professionnels"... Ceci est d’autant plus préoccupant que, plus loin, s’il est précisé dans la circulaire que « la démission régulièrement acceptée entraîne la radiation des cadres et donc la perte de la qualité de fonctionnaire, ce qui rend impossible une demande de liquidation immédiate de la pension » [1], rien n’est dit quant à un plus qu’improbable retour dans les cadres de l’administration de l’éducation...

Ainsi que le précise la circulaire en reprenant les termes du décret dont il s’agit de faire application dans l’Education nationale, l’I.D.V. n’est proposée qu’aux agents « qui souhaitent démissionner de la fonction publique dans les trois cas définis par le décret : à la suite de la restructuration du service où ils sont affectés, pour créer ou reprendre une entreprise ou pour mener à bien un projet personnel ». Dès lors, elle prétend en signifier les conditions et les procédures.

Si « la notion de "fonctionnaire de l’État" doit être interprétée strictement », cela revient à exclure les ’fonctionnaires stagiaires’ comme les agents publics disposant de contrat à durée déterminée, ce sont les premiers concernés, toujours précaires, par toute restructuration de service. Néanmoins, les restructurations ne forment pas le seul cadre retenu pour une telle demande d’I.D.V. : la création ou la reprise d’une entreprise comme la présentation d’un projet personnel peuvent de même justifier une démission ’régulière’ — et, par là, donner droit à une demande d’I.D.V.

Toutefois, en règle générale, les agents doivent avoir « accompli la totalité de la durée de l’engagement de servir dont ils sont redevables » pour présenter une demande d’I.D.V. et en bénéficier [2]... Ceci permet de penser que les personnels enseignants, d’éducation et d’orientation ne pourront pas s’en prévaloir... L’explication de cette exclusion est donnée dans la circulaire : « ils ne s’engagent en principe à aucune durée minimale de service à l’issue de leur formation » [3]. Mais encore, les demandes d’I.D.V. « présentées par les agents ayant bénéficié d’un congé de formation » nécessitent certaines vérifications : « Les intéressés se trouvent en effet soumis à un engagement de servir pour le triple de la durée pendant laquelle ils ont bénéficié de l’indemnité prévue à l’article 25 du décret n° 2007-1470 du 15 octobre 2007 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des fonctionnaires de l’État (dispositif auparavant prévu à l’article 13 du décret n° 85-607 du 14 juin 1985). La durée d’octroi de cette indemnité aux agents en congé de formation professionnelle étant limitée à douze mois, la période d’engagement de servir maximale à laquelle peuvent être soumis les intéressés est de trois années ». Pour les agents « se situant à cinq années ou moins de l’âge d’ouverture de leurs droits à pension » (à 60 ans dans le cas général), devra leur être indiquée « la date limite à laquelle ils peuvent présenter une démission permettant de bénéficier de l’I.D.V. » (en tenant compte des délais d’instruction).

Pour ce qui concerne la procédure (écrite), tout est organisé autour des demandes : cela commence par une demande de démission motivée [4] qui devra être acceptée [5], cette demande étant accompagnée de la demande d’attribution de l’I.D.V. ; cela se poursuit par un "entretien" destiné à préciser à l’agent concerné « les modalités et conséquences de son éventuel départ de la fonction publique ».

« Les conditions d’examen de la demande varient selon le motif du départ volontaire ». Dans le cadre d’une opération de restructuration, les éléments sont prévus par arrêté ministériel (corps, grades et emplois concernés) ; pour une création ou reprise d’entreprise, nul ne s’étonnera de lire dans la circulaire les encouragements qui y sont accolés : « L’agent qui sollicite l’I.D.V. pour ce motif verra sa demande accueillie favorablement dans la mesure où il y a lieu d’encourager ce type d’initiative, dès lors qu’elle favorise le développement d’entreprises » [6] ; s’il s’agit d’un projet personnel, il est alors précisé que « la demande d’I.D.V. présentée pour ce motif peut être refusée si le départ de l’agent est susceptible de porter atteinte à la continuité du service (exemple : compétence unique dans le service ou effectifs insuffisants) » [7].

La suite donnée à une demande d’I.D.V. se réalise dans le délai de deux mois suivant le dépôt de la demande... Et le montant de l’I.D.V. est enfin notifié... « Cette notification constitue une décision susceptible de recours ». L’agent pourrait-il alors ne pas démissionner si ce montant lui paraissait insuffisant ? Il s’agit alors de faire le calcul en tenant compte aussi de l’ancienneté de service de l’agent demandeur [8] : « Le montant de l’I.D.V. pouvant être allouée à l’agent ne peut dépasser vingt-quatre fois un douzième de la rémunération brute [9] qu’il a perçue au cours de l’année civile précédant celle du dépôt de sa demande de démission (article 6 du décret du 17 avril 2008) ». Il est alors à noter que « l’indemnité est versée en une seule fois, après la radiation des cadres de l’agent ».

Comment envisager sereinement ces mobilités en forme de sortie de la fonction publique ? Comment même les concevoir en terme de parcours professionnels puisqu’il est clairement signifié dans la circulaire que : « Si, dans les cinq années suivant sa démission, un agent est recruté en tant qu’agent titulaire ou non titulaire pour occuper un emploi dans l’une des trois fonctions publiques, il doit rembourser le montant de l’indemnité de départ volontaire au plus tard dans les trois ans qui suivent son recrutement » ?

.

Dans tous les services publics, ne faut-il pas désormais demeurer vigilant au-delà des suppressions de postes et des conséquences sur l’emploi des restrictions budgétaires ? Le moindre arrêté de « restructuration » n’est pas exempt d’effets pervers !

.

Notes :

[1] De ce fait, sauf exceptions, « la liquidation par anticipation d’une pension n’est ainsi pas cumulable avec l’attribution de l’I.D.V. »

[2] Certaines exceptions sont détaillées dans la circulaire.

[3] ... sauf pour ceux qui étaient et sont soumis à un engagement de service de dix ans comme les instituteurs recrutés avant 1991 ; les professeurs des écoles recrutés par second concours interne et ayant suivi le cycle préparatoire ; les professeurs certifiés et les professeurs de lycée professionnel recrutés par concours externe ou interne après avoir suivi un cycle préparatoire ; les anciens élèves des écoles normales supérieures (E.N.S.) ; les attachés recrutés par la voie des IRA.

[4] selon l’un des trois cas prévus par le décret du 17 avril 2008.

[5] Etant précisé que « l’autorité hiérarchique de proximité de l’agent produit un avis motivé concernant la possibilité de la démission ».

[6] Et plus encore : « dans le cas où la demande d’I.D.V. est présentée dans le cadre d’une création ou d’une reprise d’entreprise, vous fixerez généralement le montant de l’I.D.V. dans la partie haute des fourchettes »...

[7] Ceci est ’répété’ par la suite : « Une démission peut toujours être refusée par l’administration dans l’intérêt du service, en particulier s’agissant de la démission pour projet personnel ».

[8] Ainsi, « il convient que les agents de corps, de grade et d’ancienneté équivalents et dont le motif du départ volontaire est identique perçoivent des montants similaires au titre de l’I.D.V. ».

[9] « La rémunération brute comprend le traitement indiciaire brut, l’indemnité de résidence, le supplément familial de traitement, les bonifications indiciaires et nouvelles bonifications indiciaires, les primes et les indemnités, y compris les indemnités pour heures supplémentaires ».

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

Carte judiciaire : service public-usagers / justice-justiciables
Service public et liberté de participation à un mouvement de grève
Droit de l’éducation L’interdiction de l’école buissonnière...
Droit de l’éducation Instruction civique, éducation morale : esprit de contradiction
La « dangerosité » de la rétention de sûreté
Une « carte universitaire » : fin des antennes délocalisées ?
Droit de la fonction publique Une charte des « valeurs » de la fonction publique ?!
Droit du service public A la recherche d’un cadre juridique pour les services sociaux d’intérêt général…
Droit de la fonction publique La pente de la restructuration de/des service/s
Encore plus de décrets, plus vite !
Vers un "bloque-blog" ?
Les enseignants-chercheurs « au Rapport ! »
Droit de la fonction publique Des concours calculés à partir des souhaits des employeurs
Vers une carte des stations de CNI - Passeport
Le nouveau pistolet des agents de police municipaux
Avancée vers un statut du blog en Europe
Bandeaux en survol : les 50 ans d’une Vème République
Des services de ’promotion’ de la santé à l’Université...
Le blog : sujet sensible, enjeux importants
Droit de la fonction publique Une "charte pour la promotion de l’égalité"
Des célébrations mémorielles, une mémoire partagée
Vers une action publique intégrée en Afrique ? Le cas de l’OHADA
Droit constitutionnel Une notion de "parti politique" à réviser
La « carte » des quartiers ... de police
Droit des fonctions publiques La mobilité au service d’un « Etat-Entreprise »
Alerte à la grippe porcine : réactiver la prévention et la lutte "pandémie grippale"
La demande de (re)tenue. La geste de la violence policière...
Artifices d’une prétendue simplification
Droit de la fonction publique
Les "indemnités de départ volontaire" dans l’Education nationale
Vers un Drôle d’en-Droit... La notion de ’vie privée’ au détour d’un rapport parlementaire
Diffractions du vocabulaire juridique
Quand le service public se ’personnalise’...
Droit de la fonction publique Parcours-mobilité pour l’été 2009
Orientations industrielles et commerciales du SIV (immatriculations des véhicules)
Proxima mobile ? prix maxima plausibles.
Droit de réponse Principes et enjeux du développement du portail Proxima mobile
Face à la pandémie grippale, la continuité d’abord.
Droit de la fonction publique Une nouvelle atteinte fondamentale à la Fonction publique, la loi du 3 août 2009.
Droit de l’éducation L’assiduité aux cours entre l’e-change et le chant-âge.
Ton portable, tu n’utiliseras pas...
Droit de l’éducation Sécuriser l’école ou scolariser la sécurité ?
Actualisation des fichiers au ministère de l’imm...
Des livrets délivrés aux jeunes...
Droit de l’éducation Vers une école en « quartier de haute surveillance » ?
Référentiel de sécurité et prestataires de confiance pour échanges électroniques administratifs
For intérieur et prise de conscience contre devoir de réserve
Des "cadres dirigeants" de l’Etat...
Administrés consommateurs de service public ou de droits ?
Droits civiques : voter dès le premier tour...
Citoyens volontaires en ’service civique’...
L’UE joue l’air numérique ...
Simplicité, modestie, économie. Apparats d’un Etat sans fastes
Simplicité, modestie, économie. Affichage des apparats d’un Etat sans fastes
Les beaux-arts du renseignement
Droit de l’éducation Cahier de textes numérique : des colles en ligne
Les fichiers des jeux en jeu
Rhapsodie en localisation marine...
Nouveau "référent" : un "référent national" pour un fichier
Sections du CESE remaniées
Poreux qui, comme Ulysse… (fichier des déplacements professionnels)
Cours. Administration territoriale Que fait la police ?
Vers un défenseur des droits... de l’administration ?
Réponses aux questions. « Un Défenseur des droits... face à l’administration, seulement ».
Encore un fichier "secret" ! La gestion de l’information et la prévention des atteintes à la sécurité publique...
Affaires juridiques dans les ministères.
Ficher la population... un évènement majeur ?!
Fonction Publique. "Ils ne mouraient pas tous......." (1.)
Fonction Publique. "Ils ne mouraient pas tous......." (2.)
Visionnage ? Un mot pour cacher les images enregistrées
Circulaires à diffusion restreinte qui ne sont pas sans conséquences...
Aux armes, gardiens et surveillants des cités !
Au dernier Journal officiel de l’année 2011...
Indices d’un passage de l’administration électronique à l’administration numérique...
Parrainages et candidatures à la Présidence de la République
Expérimentations des contrôles des arrêts maladie... en fonctions publiques
Consignes aux bureaux de vote. Election aux 21/22 avril et 5/6 mai 2012 ...
Le fichier Game 2010 ... aux divers enjeux.
Des produits et des marques pour des éditions dites publiques
La circulaire du Code de la sécurité intérieure.
Gouvernement en charte de... "déontologie" ?
Le rappel de la jurisprudence dans une circulaire...
Dracar et Téléc@rtepro sous le regard du Conseil national des activités privées de sécurité.
- Tenues vestimentaires des élèves sous contrôle ?
Les services de proximité primés des débits de tabac.
ANTAI - Site du PV électronique ou "téléservice" ?
Quid du fonctionnaire ?
"RIE", service à compétence nationale sous MAP.
La grille de la MAP...
La fenêtre étroite du traitement GIDE
Projections autour de la notion de "démocratie sociale"...
Simplifier ? Effacer les circulaires et notes caduques...
L’interdit de fumer aux terrasses de café en questions circulaires...
DIMAP : Suppression du service "projets". Disparition de la distinction entre services "collectivités", "particuliers", entreprises".
L’ouverture de la consultation de certains fichiers aux agents de la mission "délivrance sécurisée des titres".
Assimiler les valeurs essentielles de la société française et l’égalité "femme-homme"...
Vers une valorisation des activités de recherches dans l’administration ?
La géolocalisation, un ’moyen technique’ pour des investigations...
SIC d’Etat, service public ferroviaire, armement... Bribes d’informations juridiques de début du mois d’août 2014
Des services de renseignement territorial ....
Plus d’une dizaine de voies ordonnancielles ouvertes. Ière Partie : La belle vie des entreprises...
Les associations agréées et SINUS
Un avis ou des mots pour tourner autour du sujet : les valeurs de la république
Déconfiture des référés....
L’extension des services de renseignement
Téléservice ou traitement automatisé de données à caractère personnel pour saisir l’administration par voie électronique ?
Surveillance des manifestations en polices administrative et judiciaire
L’iGAV, un nouveau fichier de police...
Entrer en 2017 ... au verbe numérique
Pour l’ordre, des armes et du renseignement...
En attente d’une circulaire sur les méthodes de travail du Gouvernement...
Cabinet ministériel...
Un projet de loi à exclure, un état d’urgence à dissoudre
ACCReD : automatisation et interconnection des fichiers en securité trompeuse...
Consultation pour participation à la déconstruction du travail législatif ?

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
29 mai 2009
Statistiques de l'article :
9 visiteurs aujourd'hui
31151 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4350 (3425497)