- Epilogue d’une histoire de restitution "enTÊTanTE"... Arr. 21 déc. 2012, radiation - inventaire - biens des collections - musées de France.

Le 3 janvier 2013, par Geneviève Koubi,

Un arrêté du 21 décembre 2012 portant radiation de l’inventaire de biens des collections des musées de France appartenant à l’État écrit le mot "fin" au générique d’un film à multiples rebondissements relatif aux ’têtes maories’ (toi moko) [1].

.

Tout avait commencé... par la décision de la ville de Rouen de se défaire d’une tête en dépit des dispositions juridiques en vigueur. En effet, par délibération du 19 octobre 2007, la ville de Rouen ayant passé un accord avec le Musée Te Papa Tongarewa de Wellington (Nouvelle-Zélande), autorisait la restitution de la tête maorie conservée par le muséum municipal d’histoire naturelle. Le Musée Te Papa Tongarewa devait se charger d’identifier la tribu d’origine, puis ainsi de s’assurer de l’inhumation dans le respect des cérémonies rituelles.

Saisi en référé par le ministre de la culture (via le déféré du préfet de département), le tribunal administratif de Rouen avait suspendu la délibération du conseil municipal (TA Rouen 24 oct. 2007), puis il l’annulait parce que la procédure de déclassement préalable prévue par le code du patrimoine n’avait pas été respectée (TA Rouen, ord. réf. 27 déc. 2007, req. n° 0702737). Ce jugement fut par la suite confirmé en retenant que « les biens constituant les collections des musées de France appartenant à une personne publique font partie de leur domaine public et sont, à ce titre, inaliénables » [2] : CAA Douai, 24 juillet 2008, Ville de Rouen, req. n° 08DA00405 [3].

.

Par delà les questions relatives à la nature humaine de ces têtes [4], notant toutefois que la Convention de l’UNESCO du 14 novembre 1970 concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels aurait pu être une source d’inspiration pour élaborer un début de solution au litige [5], il fallut pour que le geste de restitution soit acté régulièrement qu’intervint la loi n°2010-501 du 18 mai 2010 visant à autoriser la restitution par la France des têtes maories à la Nouvelle-Zélande et relative à la gestion des collections [6].

L’article 1er de cette loi prévoit que « les têtes maories conservées par des musées de France cessent de faire partie de leurs collections pour être remises à la Nouvelle-Zélande » [7].

.

Après avoir remis quelques-unes têtes momifiées ramenées d’Océanie, au XIXe siècle, par des aventuriers, des explorateurs, des marins, des marchands, des spoliateurs, à leur peuple originel [8], pour parfaire l’application de la loi n°2010-501 du 18 mai 2010, il était nécessaire de les radier de l’inventaire d’un des musées qui avait un temps rechigné devant l’injonction législative de restitution.

Ce que fait donc l’arrêté du 21 décembre 2012 : « Par arrêté de la ministre de la culture et de la communication en date du 21 décembre 2012, ayant été déclassées des collections des musées de France appartenant à l’État en application de la loi n° 2010-501 du 18 mai 2010 visant à autoriser la restitution par la France des têtes maories à la Nouvelle-Zélande et relative à la gestion des collections, sont radiées de l’inventaire du musée du quai Branly, auquel elles étaient affectées, sept têtes humaines momifiées et tatouées, Maori, Océanie, Nouvelle-Zélande (numéros d’inventaire : 71.1885.61.1, 71.1885.61.2, 71.1886.24.1, 71.1929.14.427, 71.1947.57.1, 71.1947.57.2 et 71.1999.24.1). »

.

 [9]

Notes :

[1] JO du 3 janvier 2013.

[2] art. L. 451-5 du Code du patrimoine - L. n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France.

[3] Concl. J. Lepers, AJDA 2008 p. 1896.

[4] V. M. Cornu, « Le corps humain au musée, de la personne à la chose ? », D. 2009 p. 1907.

[5] D’autres instruments pouvaient aussi être cités : Convention OIT C107 relative aux populations aborigènes et tribales du 26 juin 1957 ; Convention OIT C169 concernant les peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants du 27 juin 1989 ; Déclaration universelle sur la diversité culturelle du 2 novembre 2001 ; Conv. UNESCO du 17 oct. 2003 pour la sauvegarde du patrimoine immatériel ; Conv. UNESCO du 20 oct. 2005 pour la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles ; Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones du 13 septembre 2007.

[6] JO 19 mai 2010. Rappr. L. n°2002-323 du 6 mars 2002 relative à la restitution par la France de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman à l’Afrique du Sud - (Vénus hottentote), JO 7 mars 2002.

[7] V. le commentaire de cette loi : J.-M. Pontier, « Une restitution, d’autres suivront... Des têtes maories aux manuscrits Uigwe », AJDA 2010, p. 1419 ; M. Bacache, « Corps humain - Têtes maories », RTD Civ. 2010, p. 626 ; X. Bioy, « Le statut des restes humains archéologiques », RDP 2011/1, p. 89.

[8] Les étapes pour ce faire n’étant pas des plus simples : v. par ex. sur lepoint.fr : « Maori : la fin d’une prise de tête ».

[9] - Cours concerné : Droit et diversité.

Droit cri-TIC ou Droit cri TIC

Cri TIC, cri-TIC en Droit. Cri-TIC de droit : critique du droit, droit de la critique, droit à la critique, droit critique.

La forme interrogative étant un des signes de l’esprit critique qui anime toute recherche et parcourt tout enseignement, ce site a pour objet, en quelques articles ou brèves, de faire part de questionnements, incomplets et inachevés, sur des thèmes diversifiés... en Droit certes, mais aussi à côté ou aux alentours du Droit.

Pr. Geneviève Koubi

Dans la même rubrique

A la recherche des « droits culturels » (I)
Des droits culturels ? Des droits de l’homme ! (II)
Droits culturels entre droits de l’homme et droits des peuples (III)
Le terme de l’enrichissement de la langue française...
Droits culturels ? Impasses. (IV)
Droit de l’éducation Art de l’enseignement des arts
Détour vers la Révolution citoyenne en Equateur
Le multilinguisme européen à l’épreuve de la traduction
A l’an neuf, 50 ans après la Révolution cubaine
Droits culturels et droit des minorités
Bolivie : La Constitution d’un Etat unitaire plurinational
Langue française : des "mots pour demain" ?
La suppression des "structures publiques inutiles"...
Uniformes pour un "garde-à-vous" !
Droit de la fonction publique Dates des célébrations religieuses pour ’autorisation d’absence’ en 2010
Droit de l’éducation Parcours culturel au lycée
Dilution de l’édition publique
Kenya : Promulgation de la Constitution au 27 août 2010
Droit de l’éducation Lycée et cinéma : la forme plate du "ciné-lycée"
Droit de l’éducation Une priorité nationale : « savoir nager ! »
Externalisation de la conservation des archives
Apprendre à nager, savoir nager... à l’école.
« Bien manger dans ma petite cantine... »
Le fleurissement des écoles...
Colloque : "Plagiat de la recherche", Paris II-CERSA, 20 et 21 oct. 2011.
Vous pensiez ? et bien, « chantez maintenant ! »
En mars 2012, la Semaine de la presse et des médias dans l’école.
Journée d’étude, 18 novembre 2011, Nanterre : « Services publics en Russie. Comparaisons »
Droit des étrangers : dématérialisation des dossiers et versement aux archives
Le FLI® en référentiel peu accessible...
Privilégier "Madame" et "Nom d’usage" ...
- Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP)
Affiche d’Art-image du fumeur...
La lecture numérique au fil du logiciel imposé...
Communicabilité des registres ou fiches d’écrou et fiches pénales...
L’accès à l’enseignement supérieur au Brésil : "Lei de Cotas Sociais"
Droit d’auteur et oeuvre d’art en termes de "restauration".
Lustre des Illustres dans des maisons.
- Epilogue d’une histoire de restitution "enTÊTanTE"...
En hommage à Aimé Césaire, une résolution ... officielle.
Les services dits de ˮcoffre-fort numérique ou électroniqueˮ devant la CNIL
Des vocables inchangés entre CIMAP et RGPP
Le programme parlementaire ’avant’ les opérations électorales de mars 2014
Une ordonnance pour une réforme du droit des contrats ?!!
Un label de redressement productif associant éducation et marché...
- Questions en surplomb du fichier des interdits de gérer
« Tu ne dé-jeûneras point ! ». Quelques propos relatifs à la Constitution tunisienne et à la répression des jeûneurs.
Le lettré et Le bureaucrate ou l’Administration en flagrant délire
Repères aux JO du 1er au 15 août 2016
Capture de textes au Journal officiel pour une fin de semaine avant la rentrée…
Un service public de la donnée ... publique ?
Ecole : Journée anniversaire.... d’une séparation entre Eglises et Etat
Les chorales plus que le chant choral à l’école
Justice : Lieu des faits, critère prioritaire pour la compétence des ressorts

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
3 janvier 2013
Statistiques de l'article :
8 visiteurs aujourd'hui
8660 visiteurs cumulés

Votre recherche

RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 4195 (3516990)